Consommation : le cannabis soulage des jeunes au Cameroun

Pour paraitre, s’affirmer et avoir du tonus, de nombreux jeunes font de la prise du ‘’Banga’’, leur passe-temps favori.

Assis au tour d’une petite table, deux garçons, âgés de 30 et 32 ans, s’apprêtent à fumer le chanvre indien. Sur ladite table, un petit plateau dans lequel repose un papier blanc et une herbe sèche. « Gars passe-moi  le papier il faut que je me mette alaise », lance le plus âgé.

En parlant ainsi à Alain, Paul est en train d’enlever son t-shirt.  Il prend finalement le papier (lui-même) qu’il déchire, et se met à enrouler son ‘’filon’’. « Mon frère je dois me dépêcher de fumer car après ça je vais étudier  le dossier de mon client dont je t’ai parlé », dit Alain. 

Ils prennent leurs différents vêtements et les étalent sur la corde, juste devant l’entrée de la maison. « C’est pour éviter que nos vêtements ne prennent l’odeur, que nous les enlevons avant de tirer » expliquent-ils. Ces deux jeunes mettent beaucoup d’attention dans leur préparation. « Il y a un papier approprié pour emballer notre ‘’détendeur‘’»,  précise Paul.

Ils  mettent l’herbe dans le papier et le roule avec délicatesse tout en y collant un peu de salive après chaque tour fait. C’est  à l’aide d’un briquet qu’ils allument le rouleau placé entre l’index et le majeur de leurs mains gauche. C’est parti, l’heure est à la consommation.

Et pour quelle raison ? 

Ils donnent l’impression d’être joyeux pendant ce lapse de temps de consommation. Selon eux, et c’est le cas de la plupart de jeunes qui consomment les drogues, cela permet de surmonter les difficultés.  « J’ai commencé à fumer quand j’étais à l’université de Yaoundé II à Soa. Je le faisais  avec de  nombreux camarades qui sont aujourd’hui haut cadre comme moi. C’est en prenant ça que je me sens homme et je peux librement faire mon travail »,  affirme Alain.

Paul quant à lui déclare que « c’est pour assurer dans mon boulot que je fume. En effet, sans ça je n’arrive à rien faire de grand ». 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *