Rentrée scolaire : restrictions et privations sont de retour

Les campus scolaires ont repris vie depuis le 6 septembre 2021. Elèves, enseignants, encadreurs et même les parents sont désormais soumis à un changement drastique d’habitudes.  

Le train de l’année scolaire 2021-2022 a quitté la gare le 6 Septembre. C’est la deuxième rentrée de l’ère Covid-19. Le port du masque et les autres restrictions sanitaires s’ajoutent à celles que l’école impose à tous les maillons de cette chaine.

Pour les élèves, finis les séjours prolongés devant la télévision, finies les sorties et les rentrées à des heures tardives. Finis le petit déjeuner à la commande le matin, finis les jeux et autres réjouissances des vacances. Désormais, les révisions et les cours de répétition vont dicter leur loi. Ce sera, le gouter dans le sac pour les plus petits, l’argent de poche pour les plus grands. La concentration, l’assiduité, la ponctualité et la discipline à l’école, sont les seuls mots d’ordre dorénavant.

Plus de sommeil

Pour les parents, le réveil doit plus que jamais être activé pour éviter le retard des enfants à l’école. Il faut modifier l’emploi du temps en y intégrant soit de déposer les enfants, soit de les accompagner ou de les faire accompagner.  Il faut se lever de bonne heure pour apprêter le gouter, repasser les tenues et laver les enfants. Une implication financière supplémentaire s’ajoute également. Il faut désormais prévoir l’argent de taxi et celui de poche (argent de beignets). Les frais exigibles et de l’Apee doivent déjà être mis de côté pour éviter de voir son enfant renvoyer un après midi.

L’enseignant, lui a déjà perdu le sommeil depuis quelques temps. Pris en tenaille dans les recherches pour la préparation de ses enseignements et les évaluations à venir. Les classes à effectifs pléthoriques sont aussi pour lui un caillou dans la chaussure, sans oublier le spectre des agressions de la part des élèves qui planent au-dessus de lui.  Les encadreurs, pris dans les mailles du maintien de la discipline, de l’élaboration des emplois du temps et celui de la gestion des établissements ne sont pas en reste.

Les embouteillages 

Hors de la chaine éducative, le citoyen lambda paie aussi les frais avec ou sans enfants à scolariser. Difficile de trouver un taxi désormais le matin si on n’est pas sorti à la première heure.  Les employeurs doivent s’accommoder aux excuses liés aux retards de leur personnels et collaborateurs.

Innocent Sodong (stagiaire/ Esstic)

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *