Abus : 40 millions de francs CFA exigés aux syndicalistes

5 membres du Syndicat national des distributeurs agréés des produits de carrières et assimilés du Cameroun (Syndaprocac) sont aux arrêts. Leurs 4 camions garés à la fourrière municipale. Pour leur mise en liberté, il faut 40 000 000 francs CFA.

Bodouin Fouodji Douanla, Justin Bidjanga, André Narcisse Mvogo, Roger Beyala et Benoît Christian Atangana, sont en garde à vue au commissariat central numéro 1 dans la capitale camerounaise. Mis aux arrêts le 8 juin 2022, leurs camarades du Syndicat national des distributeurs agréés des produits de carrières et assimilés du Cameroun, disent ne pas savoir les infractions qu’ils ont commis, pour « être privés de liberté ».

« Au départ, on ne savait pas où on a emmené les camarades. Lorsqu’on a découvert vendredi dernier, qu’ils sont au commissariat central 1, nous nous y sommes rendus, et on nous a fait savoir là-bas, que ce n’est que le super maire qui peut parler de cette affaire. Celui-ci nous a à son tour, brandi l’amende de 40 millions de francs CFA à payer », renseigne Ambono Noah, coordonnateur du Syndaprocac.

A LIRE AUSSI

Selon Jean-Luc Bikoï, président national de ce syndicat, plusieurs personnalités parmi lesquelles, le maire de la ville, le patron du commissariat central ont été rencontres par le Syndaprocac, sans suite favorable. C’est ce qui justifie d’ailleurs, le recours au gouverneur de la région du Centre.

Il y a même un père de plus de 60 ans qui est là-dedans ; imaginez vous-même ce qu’il vit…

Mercredi 15 juin 2022, une dizaine de syndicalistes, a envahi les services du gouverneur Naseri Paul Bea, pour dénoncer ce que subisse leurs 5 camarades depuis une semaine à Yaoundé. Ceci dans le but bien sûr, d’obtenir l’intervention de l’autorité administrative, devant aboutir à la libération des syndiqués détenus.

Décharge de la correspondance adressée au gouverneur de la région du Centre, mercredi 15 juin 2022.

En attendant, « les familles des camarades faits prisonniers, souffrent », à en croire Ambono Noah. Apparaissant comme le dernier recours, la réaction du gouverneur de la région du Centre, reste donc vivement attendues.

Arnaud Kevin Ngano   

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *