Biodiversité : le guide de sensibilisation est lancé

Depuis le 21 février 2022, les organisations de la société civile (OSC) ont officiellement un document sur lequel s’appuyer pour procéder à la sensibilisation sur la valeur de la biodiversité en Afrique.

« Récemment encore, l’émergence de la pandémie Covid-19, a mis en évidence le fait que la perte de la biodiversité dans le monde a offert la possibilité aux agents pathogènes de passer des animaux aux humains, immobilisant ainsi toutes les sociétés humaines pour une durée qui reste encore à déterminer. » Ainsi parle Clotilde Ngomba, directrice nationale du Fonds mondiale pour la nature (WWF)-Cameroun, lors du cocktail de lancement du guide de sensibilisation des OSCs sur la valeur de la biodiversité et le plaidoyer pour sa préservation, le 21 février 2022 à Yaoundé, la capitale camerounaise.

La biodiversité africaine : un capital naturel que le continent doit préserver, maintenir et utiliser de manière soutenable. Yaoundé, 21 février 2022. ©: A.K.N.

Entre 2010 et 2020 selon elle, « la production agropastorale rurale a contribué à environ 82,3%, dans le recul des formations végétales au Cameroun, suivie de l’exploitation forestière (8,52%) et des plantations agro-industrielles (7,37%). » Les changements climatiques et les activités humaines étant bien sûr, les principales causes.

L’urgence d’agir

C’est en fait, fort de ce constat, que ce guide à l’usage des OSCs africaines, est mis sur pied par le WWF, avec l’appui de l’Agence française de développement (AFD). Subdivisé en 4 parties, ce livre va permettre aux membres de la société civile de contribuer à inverser la courbe de déclin de la biodiversité en Afrique.

WWF-Cameroun: “Il faut préserver la nature”. Yaoundé, 21 février 2022. ©: A.K.N.
Dr. Aurelie Dingom, Inspecteur N° 2 au ministère de l’environnement, de la protection de la nature et du développement durable. : “Le Cameroun, se prépare encore, pour intégrer les problèmes liés à la biodiversité. Yaoundé, 21 février 2022. ©: A.K.N.

Son intitulé à savoir, “Menace sur la biodiversité : l’urgence d’une approche de conservation concertée”, est assez évocateur. D’ailleurs comme le dit la directrice nationale, « le guide outille les OSCs sur les techniques et la démarche de plaidoyer pour la conservation et la gestion durable de la biodiversité, en particulier en vue d’un cadre post-2020 ambitieux et réaliste . »

Mobilisation tous azimuts 

Une dizaine de présentations et deux allocutions ont meublé ce cocktail de lancement du guide de sensibilisation des OSCs sur la valeur de la biodiversité et le plaidoyer pour sa préservation. Les passages visant à pousser les participants à mieux s’imprégner du guide, ont ainsi été animés par des responsables du WWF, des associations et autres organisations, mais aussi du ministère de l’environnement, de la protection de la nature et du développement durable, sans oublier l’ambassade de France au Cameroun.

Aujourd’hui au centre d’une large diffusion, le guide « a fait l’objet d’une analyse par les Organisations de la société civile, rappelle Clotilde, à l’occasion d’un atelier de formation des formateurs sur le plaidoyer qui s’est tenue à Mbankomo les 22 et 23 juin 2021. Il a ensuite été validé après une revue interne par le WWF France et le bureau WWF Afrique. »

Satisfaction

Normale donc que pendant la cérémonie de clôture du cocktail de lancement, toutes les parties prenantes soient vivement remerciées par le Fonds mondial pour la nature. « Je suis persuadé que cette rencontre a été un élément de base solide, pour établir une compréhension commune de la convention sur la diversité biologique et du cadre mondial de la biodiversité post-2020 d’une part, et nous a fourni la capacité nécessaire pour aborder les questions d’appauvrissement de la biodiversité et plaider plus fort d’autre part, surtout maintenant que le ministère en charge de l’environnement, travaille sur l’organisation de consultations/concertations nationales avec tous les groupes de parties prenantes pour préparer la position du Cameroun pour la 3e réunion du groupe de travail à composition non limitée et la 15ème conférence des parties à la CDB (COP15) », conclue la directrice nationale du WWF-Cameroun.

LIRE AUSSI  : La biodiversité en péril

A l’issue de cette rencontre houleuse et enrichissante, les personnes présentes ont fait la promesse d’exploiter minutieusement cet outil pédagogique dans le but de faire un plaidoyer efficace en faveur de la préservation de la biodiversité et de l’adoption par les Etats, d’un cadre post-2020 pour la biodiversité ambitieux et réaliste.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *