Cameroun-arrestation : le SNJC  exige la libération immédiate et sans condition de Théodore Tchopa et David Eyengue 

Les deux journalistes ont été interpelés au domicile d’Albert Ndjongang Lundi, 28 janvier 2019. Ils sont confondus par la police aux militants du Mrc.

 

Le lundi 28 janvier 2019, Théodore TCHOPA et David EYENGUE NZIMA, journalistes au quotidien Le Jour et membres du SNJC se sont rendus au lieu-dit « Derrière Mobil Guinness », en compagnie de plusieurs autres journalistes, pour y couvrir une activité du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC).

 

En plein exercice de leur fonction, les deux journalistes vont être par confusion, en sommes-nous persuadés, interpellés au même moment, que des cadres et militants de ce parti politique.

Conduits à la délégation Régionale de la Police Judiciaire pour le Littoral, ils seront par la suite convoyés à Yaoundé, où ils sont en exploitation à la délégation Régionale de la Police Judiciaire pour le Centre.

Le Syndicat National des journalistes du Cameroun (SNJC) confirme que les journalistes Théodore TCHOPA et David EYENGUE NZIMA se trouvaient sur les lieux dans le cadre de leurs activités professionnelles.

Leur présence n’était motivée que par le métier de journaliste et l’obligation de respecter le « Droit du public à l’Information » garanti par la constitution de notre pays et par la déclaration universelle des droits de l’homme.

Convaincu que leur interpellation est le fait d’une confusion, le Syndicat National des journalistes Cameroun (SNJC) appelle à leur libération immédiate et sans condition. 

Le terrain demeure la principale source d’information du journaliste et sa présence en ce lieu ne saurait être considérée comme un crime

Douala le 29 janvier 2019

P/Le Bureau Exécutif National

Le Secrétaire National à la Communication et aux alertes 

Charles NGAH NFORGANG

 

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *