Cetic de Mindourou : Les parents font partir le Directeur

Bath Wilson a fait l’objet d’une plainte des membres de la communauté éducative du Collège d’enseignement technique industriel et commerciale de Mindourou-Mboua, dans l’arrondissement de Ndelele du département de la Kadey, région de l’Est, quelques jours avant son affectation.

Près d’une trentaine de parents d’élèves et enseignants ont signé la correspondance qui fait partir le désormais ancien directeur du cétic de Mindourou-Mboua. La note d’information a été déposée sur la table du ministre des enseignements secondaire, Nalova Lyonga,  le 20 août 2019.

Ces habitants de Mindourou-Mboua dénoncent la gestion calamiteuse du Cetic de leur localité, par Bath Wilson, directeur dudit établissement, jusqu’au 3 septembre 2019. « Le directeur du Cetic de Mindourou-Mboua gère seul l’argent de l’Association des parents d’élève (Apee) et le fonctionnement de cette école secondaire, pour ses propres affaires », lit-on sur le document. Depuis son arrivé dans cette institution, « rien n’a changé, si oui, en mal » précise Emmanuel Wanguague, enseignant.

Le Cétic de Mindourou

« L’établissement est devenu un dépotoir de saleté », dénonce cette population qui ne passe pas par quatre chemins pour relever les absences répétées du chef d’établissement en question. A en croire, les plaignants, Bath Wilson « n’a jamais été présent au début et à la fin d’un trimestre ou d’une année scolaire ». En dehors du surveillant général, l’établissement est très souvent vide. D’ailleurs deux mois avant la fin de l’année scolaire dernière, tous les enseignants sont partis en l’abandonnant seul apprend-on.

La note d’information adressée au ministre, relève que le chef de poste de la gendarmerie, le chef de canton de Mindourou, le sous-préfet de Ndélélé et d’autres autorités ont plusieurs fois rappelé le concerné à l’ordre, et rien n’a changé. Le directeur du Cétic de Mindourou, fait savoir à qui veut l’entendre, que le conseiller Numéro 3 au ministère des enseignements secondaires, est son oncle.

En proposant que Bath Wilson, alors directeur du Cétic de Mindourou actuellement muté au cétic de Tongo Gandima, dans le Lom et Djerem, soit « affecté dans un lycée de ville où il est soumis aux ordres d’un proviseur travailleur et discipliné », les plaignants ont estimé que cet encadreur est « non seulement incompétent et paresseux, mais aussi n’aime-t-il pas ses frère, son pays, encore moins le travail ».

Ce qui sert d’administration

Son comportement, disent les membres de la communauté éducative du Cétic de Mindourou-Mboua, est la cause des résultats catastrophiques enregistrés dans cette école. Au Certificat d’aptitude primaire (CAP) par exemple, 2 candidats seulement ont réussi sur les 30 présentés en 2019.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *