Changement climatique : six projets endogènes sur le rail

Les gagnants d’un appel d’offres pour des projets bancables résilient visant à atténuer les causes et l’impact du changement climatique dans le paysage de la Tri-nationale Dja-Odzala-Minkebe (Tridom) segment Cameroun, reçoivent déjà un soutien technique du Fonds mondial pour la nature (WWF).

Six lauréats ont été sélectionnés à l’issue d’un appel d’offres très compétitif, qui a vu la soumission de plus de 100 propositions de projets par des participants locaux, nationaux et internationaux. L’appel d’offres a été lancé en novembre 2021 dans le cadre du projet : Mobiliser davantage pour le climat (MoMo4C) de WWF, mis en œuvre dans les communes de Yokadouma et Ngoyla, dans la Région de l’Est du Cameroun.

Les idées du projet se concentrent sur la production et la transformation de sources alternatives de protéines pour les communautés vulnérables ; l’exploitation durable et la valorisation des produits forestiers non ligneux, l’amélioration de la production de cacao pour la génération de revenus pour les communautés locales, et la réduction des pertes de produits agricoles grâce à l’utilisation de séchoirs à plantes mobiles à énergie efficient.

« Nous rencontrons beaucoup de difficultés pour vendre les produits forestiers non ligneux car nous n’avons pas de bons acheteurs. La plupart des acheteurs locaux essaient de nous tromper et d’obtenir nos produits à vil prix. Si nous avons des acheteurs crédibles, nous allons gagner plus d’argent, » déclare Michel Mengo, représentant du CIG Baka LEKA 25 du village de Ndimako, comme motivation pour son projet.

Pour Marie Josiane Magnouldnjiem, vice-présidente de l’Association des femmes actives Baka-Bantou (ASFABB) du village de Lelen dans l’Arrondissement de Ngoyla, « notre préoccupation majeure est de pratiquer l’agriculture durable tout en préservant notre forêt. Nous avons opté pour l’amélioration de la cacao-culture sous l’ombrage qui ne détruit pas la forêt. »

Pour renforcer les capacités des lauréats sur le développement de projets bancables et l’attraction de partenaires financiers potentiels, le WWF a organisé un atelier de deux jours (1-2 février 2022) à Bertoua, capitale de la région Est.

La réunion a permis aux initiateurs de projets, aux experts et au personnel du WWF de partager des idées, de s’informer sur les prochaines étapes du projet MoMo4C et d’identifier le type de soutien spécifique que chaque lauréat a besoin pour mettre en œuvre son projet.

« Cet atelier visait à informer les lauréats des prochaines étapes et à renforcer leurs capacités à développer des projets bancables et à attirer des partenaires financiers potentiels. Ils recevront un soutien technique du WWF et de ses partenaires, notamment en matière de formation, de suivi et d’accompagnement , » déclare Roberty Essama Pamphyl, Coordinateur du projet MoMo4C au Cameroun.

Le processus de sélection a été mené par un jury indépendant, selon Essama, avec des critères basés sur la capacité des projets à traiter les causes et les impacts du changement climatique dans le paysage du Tridom Cameroun, à contribuer à la résilience climatique et au développement durable inclusif, et à attirer des investissements pour les mettre en œuvre.

« Au cours de cette l’année, nous allons lancer deux ou trois autres appels d’offres pour permettre à beaucoup de personnes de bénéficier de notre soutien. Pour cette première phase, le soutien consistera à rendre les projets matures et attractifs pour les partenaires potentiels, » explique Essama.

MoMo4C est un projet quinquennal qui vise à réunir des entrepreneurs, des entreprises, des décideurs politiques, des investisseurs et des organisations de la société civile pour faire des propositions projets verts qui s’attaquent aux impacts et aux causes du changement climatique, et à attirer des investissements pour mettre en œuvre ces initiatives.

WWF

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *