Commerce : la vente difficile de tomates

Le prix du cageot de tomate a presque doublé en peu de temps, et sa vente devient un véritable parcours de combattant, en ce mois d’août 2021.

13 heures passées de 45 minutes. Dabo monte et descend en essayant de convaincre les clients d’acheter sa marchandise. « La mère, il y a la tomate ! Les tomates de bonnes qualités ! Lance-t-il la tomate est déjà chère, c’est pour cela que les clients sont rares. »

Si le prix de la tomate a augmenté, c’est pour des raisons diverses. « Notre tomate vient du Nord. Avant on vendait ça à 3.500 francs CFA, maintenant, on laisse le cageot à 5.500 francs pour les femmes qui n’ont pas d’argents et 7.500 francs pour celles qui veulent les fruits de bonne qualité. »

« Il n’y a pas de le marché ! On vend, on perd ! La tomate se gâte même parce que les gens n’achètent pas. » se plaignent les vendeurs. Face à cette rentrée scolaire qui approche ces vendeurs sont inquiets . Il s’agit bien sûr de Dabo, Pires et Kassibou, commerçants de tomates au marché Nkolbisson, qui exercent le métier depuis 2 ans.

« Quand la rentrée approche, je suis obligé de prêter de l’argent pour envoyer mes enfants à l’école », confie Kassibou tout triste.  Ainsi, ils demandent de l’aide au gouvernement pour cette nouvelle rentrée qui arrive.

Pricilia Atangana, stagiaire

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *