Communication : le maire Yoki Onana reçoit le Rejodec

Une vingtaine des membres du Réseau des journalistes des droits de l’enfant et autres couches vulnérables (Rejodec), est allé se renseigner sur l’enregistrement des naissances dans l’arrondissement de Yaoundé VI, région du Centre-Cameroun, mardi 10 mai 2022. 

Yaoundé VIe est largement en tête en matière d’enregistrement des actes de naissances dans le département du Mfoundi, région du Centre. « Plus de 6 000 actes de naissances sont enregistrés par an, dans cette mairie » depuis 2019, a fait savoir Adalbert Willy Nseke Ekobo, chef de service d’Etat civil et de démographie au sein de la commune que dirige Jacques Yoki Onana. Ceci grâce aux campagnes régulières de sensibilisation.

LIRE AUSSI : Acte de naissance : le calvaire des déplacés internes au Cameroun.

Accueil diligent à la mairie de Yaoundé VI. © : AKN

« L’acte est gratuit, n’ayez pas peur ; venez le faire dans les délais ». C’est le message que Jacques Yoki Onana, chef de l’exécutif communal, véhicule à la population, lors de ses actions de sensibilisation sur le terrain. Par rapport à cette gratuité de l’établissement du précieux sésame justement, le chef de service d’Etat civil de la commune de Yaoundé VI, rassure que « si M. le maire apprend que quelqu’un a pris de l’argent à un parent, pour établir l’acte de naissance, je ne vous dit pas ce qui arrivera à cette personne ».

L’enregistrement de naissance rapide et gratuit à la mairie de Yaoundé 6. © ; AKN

Ces informations et bien d’autres, ont ainsi été glanées par des journalistes membres du Réjodec, dans le cadre de ses activités. Cette descente du 10 mai 2022, marque le début d’une série de visites de travail, dans les mairies du Cameroun, pour s’enquérir de l’état d’avancement des enregistrements des naissances sur le triangle national.

L’initiative est très appréciée par le maire de la commune de Yaoundé VI, qui profite de l’occasion pour inviter les journalistes à communiquer davantage sur l’importance de ce document primordial pour l’enfant. « Les déclarations de naissance nous sont mécaniquement envoyées par les formations sanitaires. Mais la difficulté que nous observons, c’est que les parents ne viennent pas systématiquement les retirer », signale le maire.

LIRE AUSSI : Les “bayam selam” œuvrent pour les actes de naissance à Yaoundé-Cameroun.

Plusieurs autres communes, sont déjà dans la ligne de mire du Réseau des journalistes des droits de l’enfant et autres couches vulnérables. La prochaine descente, toujours sur la question d’enregistrement des naissances, est imminente.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *