Conflit intercommunautaire: « C’est parti d’un fait banal »

12  personnes tuées et plus de 48 blessées. C’est le bilan d’un conflit opposant les  Arabes Choa aux Mousgoums dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

Les victimes de ce drame sont actuellement prises en charge à l’hôpital de Kousseri et de Djamena. C’est depuis mardi 10 août 2021 dans le département du Logone birni que la scène se déroule. Afin de calmer les tensions, les autorités de ce département sont descendues sur le lieu du crime.

En effet, ce combat nait d’une incompréhension entre deux communautés.  «  C’est parti d’un fait banal. Quelques populations Mousgoum ont érigé quelques digues pour aménager leur lieu de pêche. C’est à ce même endroit, que des bergers Arabes Choa, viennent abreuver leur bétail. Un incident qui est arrivé entre deux personnes, finalement c’est deux quartiers et les communautés tout entières »,  explique  Bakary Midjiyawa, gouverneur de la région de l’Extrême-Nord.

De plus, son intervention sur les ondes de la Crtv a été une opportunité à saisir dans la mesure où il souligne : «  nous avons été instruits de tout mettre en œuvre, en élargissement à tous ceux qui  peuvent apporter leur contribution pour l’apaisement, la paix et le vivre-ensemble ». C’est donc sur ces mots que Bakary Midjiyawa interpelle chacun à faire preuve d’humanisme envers autrui.

Solange Daoussa  avec www.actucameroun.com

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *