Conseil Electoral : La révision des listes bute sur le contexte socio-politique

C’est la principale limite évoquée au cours de la 2ème session ordinaire du Conseil pour l’année 2019, le 27 juin dernier à Yaoundé.

Dix millions d’inscrits sur les listes électorales. C’est l’objectif fixé à long terme par Elections Cameroon (Elecam). Seulement, pour cette révision des listes qui s’achève le 31 août 2019, 400 milles nouveaux inscrits vont permettre d’atteindre l’objectif de sept millions fixé pour les prochaines élections municipale et législative. Un objectif qu’on pourrait qualifier de peu ambitieux au regard des 6,6 millions d’inscrits enregistrés lors de la dernière élection présidentielle le 7 octobre 2018.

« Ce n’est pas un manque d’ambition, il faut prendre en compte les réalités du terrain. Il y a des troubles au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, et il y a des problèmes à l’Extrême-Nord. Tous ces évènements ne permettent pas d’avoir un bon déploiement pour les inscriptions des électeurs » a soutenu Enow Abrams Egbe, Président du Conseil électoral. Et même si les choses semblent être difficiles pour Elecam, Enow Abrams Egbe compte sur les partis politiques pour une amélioration des inscriptions sur les listes électorale : « Avec l’engouement déjà perceptible dans les quartiers généraux des partis politiques, je puis affirmer avec confiance que la ferveur d’inscription sur les listes électorales laisse présager un taux de participation considérable au prochaines élections » a-t-il fait entendre au cours de son propos liminaire.

En attente de concrétisation de cette assurance du président du Conseil électoral (PCE), les travaux de cette 2ème session ont porté sur le compte-rendu des activités menées par la structure depuis la dernière session annuelle de mars 2019, et sur la présentation des termes de référence pour la descente sur le terrain, du 1er au 16 juillet 2019. Cette descente donnera à évaluer à mi-parcours, la dernière phase des opérations de révision des listes électorales et d’inscriptions, et à organiser des rencontres avec les acteurs locaux du processus électoral. Elecam devra pleinement s’investir pour se constituer en « élément stabilisateur et régulateur pour créer un climat de confiance entre les différents protagonistes du jeu électoral et rassurer les électeurs quant à la promotion et la sauvegarde de leur droit fondamental de vote » a martelé le PCE. Des recommandations qui doivent très vite trouver leur accomplissement car compte-tenu de la durée de prorogation du mandat des Conseillers, les prochaines élections pourront se tenir en janvier 2020.

Anne Priscile Koubiteb

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *