Coronavirus : des abus sur les acteurs du transport interurbain

Des chauffeurs de cars, bus et autocars, dénoncent à travers l’Organisation patronale des syndicats des transporteurs et assimilés du Cameroun, des tracasseries qu’ils subissent sur la route et dans les agences, à causes des éléments des forces de maintien de l’ordre.

«Depuis le lendemain du 23 mars 2020, nous avons reçu des plaintes de dizaines de promoteurs d’agences de voyage, membre de notre organisation syndicale. Ils disent avoir été victimes d’escroquerie des gendarmes, au nom de leur hiérarchie et des décisions gouvernementales face au coronavirus», témoigne Jean Claude Paul Noah, secrétaire général de l’Organisation patronale des syndicats des transporteurs et assimilés du Cameroun, (Opstac).

Jean Claude Paul Noah, Secrétaire général de l’Opstac

Il prend l’exemple du propriétaire de “Leader Voyage”, qui «s’est fait extorquer 50.000 frs CFA par des gendarmes disant agir sous les instructions du SED» (Secrétariat d’Etat à la défense en charge de la gendarmerie), pour coût onéreux, ceci contre aucun reçu. L’un des véhicules de ce promoteur d’entreprise de voyage ayant été arrêtée au cours de son déplacement de Yaoundé pour Ntui, à 82.5 km du chef-lieu de la région du Centre.

Fait récurrent…

C’est un trajet sur lequel, des cas pareils pleuvent chaque jour à en croire Jean Paul Claude Noah. Peut-être parfois pas toujours pour le même motif. Ainsi pour défaut de cautionnement, «un autre responsable d’agence de voyage, a payé 50.000 frs CFA à certains gendarme de la brigade de recherche de Yaoundé 1er», ajoute le secrétaire général de l’Opstac. Il transportait pourtant 11 personnes, étant donné qu’un car de 19 places ne peut plus prendre plus de 12 passagers.

Le syndicaliste précise que toutes les agences de voyage faisant la ligne de l’Ouest, sont sérieusement frappées par cette sanction visant à payer 50.000 frs CFA. Alors que les bus de 70 places portent désormais 48 passagers seulement. Du moins pas plus de 50.

A LIRE AUSSI : Mettre de l’ordre à Yaoundé, une initiative des transporteurs.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *