Crimes dans le NoSo : la société civile adresse ses condoléances…

Choqué par le comportement des rebelles sécessionnistes contre les civils dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NoSo) depuis juin 2020, l’Observatoire du développement sociétal (ODS) qui dit parler au nom de la société civile, réconforte les familles éprouvées. 

 

C’est suite à la communication du gouvernement camerounais le 13 août 2020, sur les violences perpétrées par les sécessionnistes dans les régions anglophones du pays, que l’ODS fait une sortie. L’organisation qui condamne énergiquement « les actes odieux » se voulant fréquents dans le NoSo, félicite l’armée camerounaise pour sa bravoure, son professionnalisme et sa pondération dans les actions engagées sur le terrain pour le retour à l’ordre et au calme.

L’Observatoire du développement sociétal tient également à « exprimer sa totale désapprobation pour le silence véritablement suspect et complaisant des organisations non gouvernementales face à cette réalité effroyable ».

Lilian Koulou Engoulou, coodonnateur général de l’ODS, estime que ces ongs dont les ramifications et financements sont dans les pays occidentaux, sont complices de ces crimes. La preuve, relève-t-il, est qu’elles continuent de « persévérer dans l’appui à la désinformation orchestrée dans les réseaux sociaux, par ces bandes terroristes criminelles, pour qui le grand banditisme et les meurtres des civils sont redevenus un véritable mode opératoire ».

Les faits les récents ayant suscités les sorties du gouvernement et de l’ODS, sont :  l’assassinat par décapitation du citoyen Mbah Treasure, le 4 aout 2020 au lieu dit  « mbingwe road » au quartier Ntualam par Mankon, dans le département de la Mezam région du Nord-ouest, et celui de la citoyenne Ntumassang Confort, le 11 aout 2020, au quartier Makanga  à Muyuka, dans le département du Fako, région du Sud ouest.

Pour un retour au calme et à la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, indispensable à la réussite « des actions de reconstruction engagées suite aux conclusions et résolutions du grand dialogue national », l’Observatoire propose qu’il faut « livrer ces chefs rebelles à la justice ».

 

Arnaud Kévin Ngano

 

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *