Elections régionales : la mort s’invite pour une première

Le Cameroun a procédé le 6 décembre 2020, aux toutes premières élections des conseillers régionaux sur l’ensemble du territoire. Au terme de cette journée, on enregistre deux décès directement liés à ce scrutin. Retour sur cette journée mouvementée au Cameroun.

« Conseiller municipal dans le département de la Momo, il a été pris d’assaut alors qu’il revenait de son bureau de vote par des assaillants armés, probablement des séparatistes, qui finiront par lui ôter la vie », déclare une source qui requiert l’anonymat.

La scène se déroule dans la région du Nord-Ouest. Le conseiller municipal Encho Elias ne reverra plus jamais son domicile, alors qu’il a quitté celui-ci pour accomplir son devoir civique.

Au Nord, à Garoua, un chef traditionnel est décédé dans un bureau de vote, juste après avoir effectué son devoir citoyen. Très affaiblie par la maladie, il est parti de sa localité, Troua, à 150 kilomètres du chef-lieu de la région du Nord, pour voter.

Après l’avoir fait, il s’est écroulé à la sortie du bureau. Il va rendre l’âme, quelques minutes plus tard. Sa dépouille est transportée par les membres de sa famille venus l’accompagner. Son âge: 72 ans.

Un malade transporté dans un bureau de vote pour y effectuer son devoir, le 6 décembre 2020. (c): Mimi Mefo Info

Le reste du pays a connu des élections plutôt calmes. C’est le cas dans le Sud-Ouest. Ici, les forces séparatistes ont lancé des appels au boycott.

Des appels foulés au pied par les conseillers municipaux et les chefs traditionnels qui ont répondu massivement présents dans les bureaux de vote. Ceci sous le regard attentif des forces de l’ordre déployées en très grand nombre dans les lieux de vote.

Le gouverneur de la région Bernard Okalia Bilai exprime son satisfecit : « Très heureux que les représentants des populations se soient mobilisés tous azimuts pour cette première élection du genre. C’est un signe très encourageant de la part de la population,  ça prouve que celle-ci est déterminée à prendre son destin en main. »

41  conseillers municipaux de l’Union national pour la démocratie et le progrès (Undp) ont boycotté ces élections régionales à Tcholéré dans la région de l’Extrême-Nord. Contrairement aux instructions données par le président national, l’ensemble des conseillers municipaux de Touboro sont restés chez eux. Sur le site de vote ont aperçoit quelques chefs traditionnels, mais l’élection sera tout de même validée dans cette partie du pays.

Un bureau de vote (c) G/E

Dans le Littoral, à Douala précisément, le bureau de vote du lycée Joss a connu une petite insolite en le jour de vote. Un militant du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), s’est présenté avec sa carte d’électeur, disant vouloir voter. Les forces de maintien de l’ordre ont pris plus de 15 minutes pour lui expliquer qu’à cette élection ne peuvent participer que les conseillers municipaux et les chefs traditionnels.

Rien n’y a fait ! Notre vaillant militant fini par lâcher une phrase qui a fait rire tout le bureau de vote : « Je suis venu voter pour maintenir mon parti au pouvoir ! ».

Guy Etom

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *