Energie : La construction du barrage de Chollet piétine

Composant essentiel du projet de construction de la Centrale Hydroélectrique et des lignes associées entre le Cameroun et le Congo, l’infrastructure accuse malheureusement moult retards.

Attendu en 2018, selon l’accord signé en octobre 2010, entre le Cameroun et le Congo, le Barrage de Chollet sur la rivière Dja/Ngoko est encore au stade des études. Le projet inter-Etats à cheval entre la région de l’Est Cameroun et le département congolais de la Sangha au Nord de ce pays, escompte généré une puissance installée de 600 Méga Watts en vue le booster la capacité énergétique entre les deux pays en particulier et de façon globale renforcer à l’avenir les réseaux électriques de la sous-région Afrique Centrale.

Cependant les rencontres respectives entre les Etats partenaires de ce projet n’ont jusque-là pas encore générées les résultats escomptés. Ainsi depuis 2015 celles-ci se sont succédées, sans toutefois tenir les promesses des fleurs. En effet la date de démarrage du chantier de construction de cet ouvrage était prévue en fin d’année 2018. Sauf que 08 mois après, c’est encore autour d’une table ronde et non pas sur le terrain que Gaston Eloundou, Ministre de l’Eau et de l’Energie du Cameroun et serge Blaise Zonobia, homologue de l’Energie et de l’Hydraulique de la République du Congo ont à nouveau échangé sur la matérialisation du projet Chollet.

Rien, mais alors rien de concret à se mettre sous la dent, si ce n’est quelques termes de référence avec au centre de ceux-ci, la préparation des dossiers d’appels d’offre attendus du partenaire dans le cadre de cette infrastructure. Or selon des sources dignes de foi, la structure chinoise Sino-Hydro était engagée à faire sortir de terre ce barrage estimé à près de 355 milliards de FCFA. Des retards dans la réalisation de ce projet qui, espérons- le, devrait prendre de l’envol avec la récente rencontre de Yaoundé. Travaux qui ont tout de même posé les bases futures de cette interconnexion sous-régionale (Cameroun, Congo, Gabon, Centrafrique) en désignant les Maitres d’Ouvrage, les Maitres d’Ouvrage Délégué et le Partenaire qui sera choisi à l’issu de la procédure d’appel d’Offres International restreint.

Brice Ngolzok      

 

 

 

 

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *