Enregie : la loi du délestage dans la ville de Yaoundé

Depuis quelques jours, les habitants de la capitale camerounaise vivent au rythme des coupures intempestives de lumière provenant d’Eneo.

Des flammes et fumées visibles au quartier « Oyomabang » depuis 3 jours. Ces gaz emportent sur leur passage des habitations et des boutiques. « Celà a été causé par les coupures d’énergie d’Eneo. J’étais couché chez moi lorsque les ampoules se sont mis à briller plus que habituellement. A ma grande surprise, le conteur de l’entreprise the Energy of Cameroon s’est arrêté. Surement une surcharge», explique Alfred Nvondo, habitant du quartier.

“Nous n’avons jamais été prévenu d’une telle situation. Mais voilà deux jours que nous souffrons de ce problème. La camerounaise des eaux CAMWATER au moins a prévenu il y’a environ 3 jours que la ville de Mbalmayo subirait un la coupure d’eau en raison de certains travaux. Mais à Yaoundé, pas d’annonce sur le sujet de coupure de lumière”, Junior Paul , commerçant au marché mokolo. Or, Enéo aurait été surpris par un incident majeur survenu autour de 21h14, le mercredi 7 août 2019. Plus précisément dans le poste électrique BRGM qui alimente 25% de la ville de Yaoundé. Ce qui semble aggraver ce problème est l’incendie de quartier Obili, qui a entrainé la mise en rupture du service de tout le poste.

Cette situation paralyse les riverains dans plusieurs activités. En particulier les commerçants au marché mokolo, les habitants des quartiers carrefour carrière, carrefour meec, Ngoa- ekele, biyem assi, jouvence et mendong pour ne citer que ceux-là. Plus encore, les secrétariats, les poissonneries et les moulins sont en perte de clientèle.

Sonatrel et Enéo ont présenté via un communiqué de presse leur compassion à l’égard des habitants de la ville. “Des travaux sont effectués depuis quelques temps dans la ville. Et tout reviendra à l’ordre au plus tard le week end. La population doit juste comprendre que lorsqu’il y a une forte tension dans une zone; le temps d’alerte est réduit pour informer celle-ci. Cependant, nous nous excusons de ce désagrément. Des investigations sont en cours pour déterminer l’origine de l’incident. Nous vous assurons notre pleine solidarité et des mises à jour sur la situation seront faites régulièrement.”

Espérant ainsi que tout rentre dans l’ordre, quelques quartiers passeront encore une journée de plus dans le noir.

Joël Godjé Mana, stagiaire

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *