Environnement : HYSACAM face aux réalités du terrain

L’Entreprise d’hygiène et de salubrité a fait une descente dans ses zones de compétences de la ville aux sept collines.

De Texaco Omnisport dans le 1er arrondissement de Yaoundé en passant par acacia à Yaoundé 5 pour s’achever au plateau Atemengue, la caravane de l’équipe de responsables de Hygiène et Salubrité du Cameroun a sillonné la capitale camerounaise ce 1er août 2019, pour s’enquérir de l’état des lieux des différents points de collecte d’ordures ménagères.

Environ 02 heures sur le terrain en compagnie des journalistes de la capitale politique, pour toucher du doigt la réalité de ce qui reste encore des différents lots sous le contrôle de cette entreprise historique de lutte contre l’insalubrité au Cameroun. Ainsi de Yaoundé 01 à Yaoundé 05 en passant par la partie Nord et Est de Yaoundé 04, les cadres venus respectivement de la Direction Générale à Douala et ceux de la ville hôte ont observé chacun à sa manière l’état vétuste et insalubre des bacs à ordures de la ville.

Réalité de terrain

Un constat certes dur à révéler explicitement par l’équipe de HYSACAM, mais qui saute aux yeux de Franklin Bitoto, un citadin de la ville aux sept collines qui s’indigne de l’incapacité de la structure à faire son boulot convenablement. Selon le jeune du quartier Etoudi, les immondices font corps avec les vendeuses du marché de la zone sans que la structure franco-camerounaise ne soit à même de réguler cette situation dans ce quartier où réside le numéro camerounais.

Ouvrier sur de terrain

Un cri de détresse, devenu récurrent dans les différents palais des habitants de Yaoundé, qui devrait interpeller HYSACAM, l’entreprise qui a pourtant renouvelé le 16 janvier dernier un contrat de plus de 19 milliards de FCFA, avec la Communauté Urbaine de Yaoundé. Un accord qui stipule que la structure doit s’occuper de la précollecte, la collecte, le balayage des rues et places publiques du lot 01, dans plusieurs arrondissements. Entre autres tâches, celle-ci doit assurer le transport des déchets ménagers vers la décharge de Nkolfoulou, petite périphérie de l’arrondissement de Soa, dans le département de la Mefou et Afamba, région du Centre. Un défi loin mais alors bien loin de satisfaire les plus de 3 millions de ‘’Yaoundéens’’.

Brice Ngolzok          

 

 

 

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *