Fin du ramadan 2020 : Pas de célébration à grande mobilisation !

Selon les calculs astronomiques, la date de fin du ramadan c’est samedi 23 mai 2020. Mais le jour de célébration de  l’Aïd el-Fitr a été fixé au dimanche 24 mai.

L’on a été officiellement fixé sur la fête de fin du ramadan, le soir du 22 mai. La Commission nationale du croissant lunaire du Cameroun a fait l’annonce à l’issue d’une concertation qualifiée de nuit du doute. la célébration c’est dimanche 24 mai 2020.

Seulement l’évènement se voudra hyper particulier cette année, à cause de l’insécurité sanitaire imposée par la maladie à Coronavirus 2019. Les musulmans et célébrants, ne peuvent pas se réunir ce jour-là dans les mosquées, comme par le passé.

Une ambiance qu’on ne peut pas vivre en 2020, à cause de la maladie à Covid-19.

Certains leaders traditionnels et religieux, ont d’ailleurs interdit les rassemblements aussi bien dans les maisons de prière, que dans les domiciles et les lieux publics. C’est le cas de Sa majesté El hadj Bakary Yerima Bouba, Lamido de Maroua, chef-lieu de la région de l’extrême-Nord et El Hadj Ibrahim Mbombo Njoya, roi des Bamouns à Foumban dans le département du Noun, région de l’Ouest.

Sa Majesté Bakary Bouba, Lamido de Maroua.

Pour le Lamidoles imams et fidèles qui ne respectent pas l’interdiction de se rassembler et de recevoir des invités dans leurs familles, vont se voir interpeller par les éléments des forces de maintien de l’ordre “. Le  sultan quant-à lui, a demandé à un directeur d’entreprise dans une localité de l’arrondissement de Bangourain, “d’annuler dans les meilleurs délais l’autorisation de prière collective“, qu’il semble avoir accordé à certains fidèles.

“Cette année, la fête n’aura pas lieu”, dit Mahamoud Ali, Imam de la Mosquée centrale de Ngaoundéré. D’après lui, le bien-être des fidèles et par ricochet, de la population, est au dessus de toute autre chose.

Sa Majesté Mohamadou Hayatou, Lamido de Ngaoundéré

Il fait savoir qu’en dehors de cette absence de manifestation, la communauté musulman s’est vue obligée de ne pas procéder à la prédication et aux prières surérogatoires, pendant le  jeûne du  mois de ramadan de l’année 2020.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *