Finances Publiques : 44 milliards de francs CFA thésaurisés dans les banques au Cameroun

Des fonds oisifs destinés au développement de ce pays, mais malheureusement enterrés dans des comptes ouverts par l’Etat, en guise de quotte part pour le financement de projets opérés conjointement avec les partenaires financiers.

Plus de 44 milliards de francs CFA oisifs, dans environ 400 comptes ouverts par l’Etat dans les banques commerciales. Des chiffres contenus dans le rapport effectué en 2017, par le Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire du Cameroun, et la Caisse Autonome d’Amortissement. Le pays veut dès lors s’arrimer à la modernité à travers la mise en place d’un compte unique du Trésor, en matière de financement des projets sous portefeuille conjoint, Etat-partenaires financiers au développement.

D’où la rencontre de concertation effectuée à Yaoundé entre le Ministre des Finances du Cameroun, Louis Paul Motaze, et les responsables du secteur financier à l’instar de ceux de la Banque des Etats de L’Afrique central (Beac). Au centre des échanges, l’ouverture dans les tous prochains jours d’un compte unique du Trésor à la Beac, un fonds de contrepartie qui ouvrira un plus large éventail dans la réalisation des projets au Cameroun.

Constat de terrain

LIRE AUSSI : Taux de soumission au Cameroun

Les fonds de contrepartie étaient, dans le cadre des projets, suivis conjointement par les partenaires financiers et le Cameroun, reversés de façon disparate dans les banques commerciales en fonction de chaque projet. Or il en résulte à la suite de l’étude menée en 2017 par le Minepat et la CAA que, cette technique bien qu’à l’origine de la réalisation de nombreux projets est malheureusement peu efficace dans la matérialisation transversale de moult projets de développement.

La création d’un compte unique du Trésor des fonds de contrepartie entre en droite ligne avec la vision du Cameroun, de réguler la gestion de la trésorerie de l’Etat surtout à l’approche de l’échéance prévue en septembre prochain, conformément à l’accord passé avec le FMI dans le cadre de la 4ème revue économique appuyée sur une facilité élargie de crédits.

Cette initiative vise entre autres selon le chef du département des finances, à réduire de façon significative, la faible coordination des projets, le manque de maturité de certains projets et même la faible capacité d’absorption observée dans plusieurs projets. Un défi qui, avec l’implémentation d’un compte unique du trésor permettrait (si et seulement si, les acteurs impliqués dans ce processus s’y engagent loyalement) une meilleure lisibilité et une plus grande efficacité dans la réalisation des projets au Cameroun.

A LIRE AUSSI : L’équilibre budgetaire au Cameroun

Brice Ngolzok

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *