Flash back : Ines Laure Kamto aux côtés des enseignants à Baham

La reine mère de la cour royale Baham a honoré de sa présence la sollicitation de la communauté éducative de Baham, à l’occasion de la fête internationale des enseignants. Seule élite extérieure Rdpc à prendre part à cette fête très négligée des autres, elle s’est faite accompagnée par le président de la section du parti du flambeau Haut plateaux centre, enseignant retraité et invité par ses pairs.

« La mère ci est très simple. C’est la deuxième fois que nous l’avons sollicité et elle est arrivée contre toute attente. On a pensé qu’elle devait faire comme les autres élites. Chaque fois qu’on les invite ils ne viennent jamais. Dieu merci, au moins elle nous a honoré cette année. Nous lui sommes tellement reconnaissant », lance un cadre de l’éducation à Baham très ému. Il parle bien sûr du Dr Ines Laure Kamto, femme politique de la localité.

Quoi de plus normal que de voir une fois de plus la reine mère de Baham, aller dans son village pour quelle que raison que ce soit, dirait le commun des camerounais. A tort ou à raison, il ne s’agit pas d’une visite de courtoisie ou encore une cérémonie de remise de don comme elle a l’habitude de le faire. Il s’agit pour la première fois pour elle, d’une invitation à la fête des enseignants. Toujours dernière à être invité à des occasions, elle est cette fois ci, la seule à répondre présent à la célébration de la journée consacrée aux seigneurs de la craie.

A LIRE AUSSI  : Dr Ines Laure Kamto fait des dons au Lycée bilingue de Baham

On brave la pluie

La place des fêtes de Baham, abritant l’évènement, a ainsi vu la présence du PDG du Groupe Queen K. Inès en compagnie des autres invités à prendre part aux activités de réjouissances de la fête de ceux qui se sacrifient au quotidien pour l’instruction et l’éducation des enfants, futurs citoyens. Même la pluie s’étant abattue ce matin là, n’a pas pu l’empêcher d’y être.

Les enseignants sont à l’honneur et reçoivent des distinctions

C’est en fait aux environs de 10 heures et 30 minutes, que la cérémonie a commencé, avec l’arrivée sous la pluie, du premier adjoint préfectoral officiant en lieu et place du préfet des Hauts Plateaux. Les activités suivant un programme bien chargé, ont débuté avec l’exécution de l’hymne nationale, suivie de multiples distinctions aux enseignants méritant. Environ une vingtaine de récipiendaires ont reçu sur leur poitrine, la médaille des palmes académiques.

Des récompenses…

Bouquets de fleur et youyou des membres des familles ont agrémenté la première partie de la cérémonie qui s’est voulue belle en sons et couleurs. Un intermède de mise en place a précédé les prises de parole des responsables de groupes organisés et des syndicats des corps professionnels des enseignants, entrecoupés d’ambiance musicale et de comédie avec des thèmes bien choisis pour la circonstance.

La fête s’est poursuivie dans les familles

Le public qui a répondu massivement présent s’est régalé des sorties endiablées de Dr Inès Laure Kamto qui n’a cessé de gratifier les acteurs sur scène des billets de banque, créant ainsi des jaloux parmi ceux des enseignants qui ont refusé malgré leur sollicitation, de faire des prestations scéniques ce jour.
La joie des enseignants au terme de la journée se lisait sur les visages : entre remerciements infinis à l’endroit de la reine mère pour avoir voyagé avec toute une équipe de Yaoundé à Baham. « Nous remercions la reine mère pour avoir fait se déplacement. On ne s’attendait pas à son arrivée et surtout à son déploiement pour notre fête. Nous profitons de cette occasion pour lui dire merci grandement, et exhortons les autres élites à ne pas venir à Baham seulement lorsqu’il y a les meetings de parti politique. Tous les aspects de la vie doivent être assistés pour que tout le monde se sente à l’aise», confesse un responsable d’établissement qui requiert l’anonymat.

A LIRE AUSSI  : Dr Ines Laure Kamto séduit l’électorat de Baham

A.K.N.

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *