Forêts communautaires : l’évaluation du WWF-Cameroun

L’événement public du 16 juin 2022 à l’hôtel Franco de Yaoundé, la capitale camerounaise, a permis au Fonds mondial pour la nature (WWF), de présenter ce qui est fait en matière de gestion des forêts communautaires et restauration des paysages forestiers.

Trois articulations phares ont ponctuées cette activité du WWF à Yaoundé. L’allocution de Clotilde Ngomba, directrice nationale du WWF au Cameroun, des vidéos projections sur la gestion des forêts communautaires, et des communications édifiantes, animée par des consultants. Cette assise a justement été axée sur les forêts communautaires et la restauration des paysages forestiers, deux programmes portés par le Fonds mondial pour la nature.

Clotilde Ngomba, directrice nationale WWF-Cameroun, Yaoundé. (c): A.K.N.

Avec environ 686 forêts communautaires recensées en 2020, le tout premier pays à embrasser ce concept dans le bassin du Congo, a besoin de fournir plus d’efforts pour le bien des populations et le développement des localités. D’ailleurs, dit Clotilde Ngomba, « aujourd’hui, le WWF repense son soutien aux forêts communautaires, sur la base des leçons apprises dans des paysages comme celui de la conservation transfrontalière TRIDOM (Tri-national Dja, Odzala, Minkebe) ». 

De nombreuses difficultés

Ceci surtout à cause des difficultés observées sur le terrain. Difficultés liés aux procédures administratives, à la faiblesse de revenus en milieu rural, mais aussi aux conflits sociaux entre les acteurs des unités de gestion des forêts communautaires.

LIRE AUSSI

« En dépit de ces difficultés, certaines forêts communautaires ont obtenu des résultats remarquables », relève la directrice nationale du WWF. L’exposé portant sur la présentation du rapport sur l’évaluation de la gestion des forêts communautaires dans le paysage de TRIDOM, l’a davantage confirmé. On a ainsi pu se rendre compte que dans certaines localités, « les revenus générés par des forêts communautaires, ont été utilisés pour fournir de l’eau, l’électricité, améliorer l’habitat, soutenir l’éducation et la santé des populations autochtones et des communautés locales ».

« Money trees » : une plateforme de collecte de fonds

Au cours de cette cérémonie, il a aussi été question de présenter la plateforme de collecte de fonds dénommé « Money trees ». Cette importante initiative, vise à susciter plus d’investissement financier pour la préservation de la nature et la restauration du paysage forestier. Elle est ficelée autour d’un partenariat gagnant-gagnant, à en croire Belmond Tchoumba, l’un des intervenants.

Dr. Yaya Fodoue, consultant, vivant dans le Nord (Garoua). (c): A.K.N.

En cette veille de la journée internationale de lutte contre la désertification -célébrée tous les 17 juin-, le Dr. Fodoue Yaya, consultant, a évalué les opportunités de restauration du paysage forestier dans les périphéries des parcs nationaux de la Bénoué et du Faro, dans la région du Nord. Cette partie du triangle national, a fait du phénomène des feux de brousse, un fait normal.

Arnaud Kevin Ngano 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *