Gicam-Anor : Ensemble pour relever l’économie et les entreprises

Dans un communiqué rendu public dans la matinée du 1er juillet 2019, Célestin Tawamba, président du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), a fait quelques propositions pour limiter les effets néfastes de la crise des devises.

A l’initiative du Gicam à travers sa Commission Economie et Développement de l’entreprise, une rencontre d’échanges Anor-Gicam baptisée « Journée de la normalisation au Gicam », s’est tenue récemment à Douala. Le thème central : « Normalisation, compétitivité des entreprises, professionnalisation des acteurs et assainissement des marchés ». L’Anor (l’Agence des Normes et de la Qualité) a aussi contribuée à l’organisation de cette assise.

Dix recommandations ont été prises au terme des échanges pour booster le nouvel accord entre le Gicam et l’Anor, et relever l’économie. D’après le communiqué final, il s’agit entre autre de la motivation de la conversion de certaines normes en règlements techniques, y compris à des fins de protection de l’industrie locale ; l’inclusion de normes sur les services (assurances, banques, …) dans les priorités du Programme national d’élaboration des normes (Pnen), ainsi que celles sur les carburants et sur les échafaudages ; la publication et la mise à jour régulière, sur le site de l’Anor, de la liste des entreprises disposant d’un certificat de conformité à jour ; de l’organisation de concertation avec le secteur privé sur les modalités d’implémentation de la nouvelle mission de contrôle des marchés confiée à l‘Anor ; l’organisation de concertations sur la mise en place d’un partenariat public/privé pour la construction de laboratoires de contrôle ; la mise en place d’un cadre d’échanges entre l’Anor et Gicam sur le respect des exigences normatives par les entreprises bénéficiaires de certificats de conformité ; l’ouverture à une plus grande concurrence dans la sélection des prestataires intervenant dans le Pecae ; la publication d’un référentiel des délais de traitement des dossiers des usagers à l’Anor ; la mise en place d’un cadre partenarial de suivi du partenariat entre l’Anor et le Gicam.

En rappel, c’est en liaison avec l’Association professionnelle des établissements de crédit du Cameroun (Appecam), que le Gicam a relevé la problématique sur la paralysie de notre économie. Leurs efforts n’ayant abouti à rien, le Gicam propose alors dans son communiqué sur la crise de devises, la suspension temporaire de l’importation de certains produits, le contingentement de l’importation de produits plus ou moins essentiels, la priorité donnée au paiement des importations de produits et services essentiels ainsi que des secteurs stratégiques.

Maxime Kana, Stagiaire /Gicam

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *