Gouvernance : Lazare Atou, un usurpateur qui fait tomber les ministres

A chaque fois qu’un membre du gouvernement a voulu que lumière soit faite sur la gestion catastrophique de celui qui se fait appeler « Maitre Lazare Atou», dans le cadre du domaine foncier de l’Etat, il a été éjecté. Jacqueline Koung à Bessike, la dernière des victimes d cet homme immensément riche.

L’information est au cœur des conversations au sein de l’appareil gouvernemental au Cameroun. Des ministres en parlent, ils crient leur-ras-le bol. Lazare Atou procède depuis une quinzaine d’année, à la vente du domaine de l’Etat : propriété foncière, sociétés de l’Etat. L’homme se donne pour huissier de justice. Or tout recoupement fait auprès de cette profession libérale, il n’en est rien. D’ailleurs dans l’enceinte du ministère des domaines, du cadastre et des affaires foncières (Mindcaf), « il n’est rien du tout. Il n’est pas de la fonction publique ».

Lazare Atou aurait vendu un terrain au bord de la mer à Kribi, au Directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps), à 3,1 milliards de francs CFA. L’espace est loué aux chinois, pour l’implémentation d’une société de fabrication de produits cosmétiques. Aussi a-t-il été cité dans la vente des domaines de l’Etat à Garoua et Douala, au mois de mai 2019. Il est présenté comme le liquidateur auto-proclamé de l’Oncpb-régifercam.

Ainsi, Lazare Atou exerce les fonctions du Directeur du domaine et du patrimoine. Une direction que le gouvernement ne parvient pas encore à mettre officiellement en place depuis plusieurs années. Et chaque fois qu’un ministre a voulu mettre un terme à cette mauvaise gestion, il a non seulement perdu son poste, mais il s’est aussi retrouvé dans une situation complexe. Selon les confidences, Essimi Menye, ancien ministre des finances, et Jacqueline Koung à Bessiké, ancienne Mindcaf, en ont été victimes.
Le premier ( Essimi Menye) avait présenté en son temps, un ordre de redressement de 77 milliards de francs CFA au concerné, et la seconde (Jacqueline Koung à Bessiké) en colère, a voulu mettre à l’écart Lazare Atou, avant de se retrouver viré du gouvernement.

Le ministre Laurent Esso est-il le protecteur de Lazare Atou ?

Sur la scène politique et dans le monde des affaires, le Ministre d’Etat, Laurent Esso, est accusé d’être ce ponte du régime de Yaoundé, ayant tiré le très anonyme et sans aucune étoffe professionnelle, Lazare Atou, vers la gloire, la richesse. Le natif de Deido à Douala est, affirme des sources, celui qui a confié les biens du Cameroun à Lazare Atou, dont il est le puissant protecteur. « C’est le soutien ferme de Laurent Esso, qui donne des assurances à Lazare Atou, et le rend arrogant et irrespectueux, vis-à-vis même des ministres concernés par ses activités de prédation », hurle un homme d’affaires de Douala.

Selon ces langues, grâce de Laurent Esso, « Maitre » Lazare Atou à qui plusieurs interdictions de sortie de territoire ont déjà été servies, est intouchable. Du moins, pas tant que Laurent Esso est ministre de la justice au Cameroun. Des indiscrétions avancent par ailleurs que Laurent Esso, aurait été approché à cet effet, par son collègue Henri Eyebe Ayissi (un autre ministre frère de Lazare Atou), actuel Mindcaf, sans succès. Seulement, le caractère rigoureux managérial et impartial d’Henri Eyebé Ayissi, est connu de tous.

Cinq fois convoqués pour cette affaire à laquelle ils brillent toujours par l’absence, Lazare Atou et le ministre en charge de la justice, n’était pas à la réunion du 15 mai dernier, au premier ministère. Réunion à laquelle, ont assisté Joseph Dion Ngute, premier ministre, Henry Eyebe Ayissi, Ministre des domaines, du cadastre et des affaires foncières, le secrétaire général des services du premier ministre, Séraphin Magloire Fouda, le secrétaire particulier du premier ministre, Balungeli Confiance Ebune et un expert en matière foncière. La rencontre a été renvoyée au 12 août prochain.

Affaire à suivre…

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *