Grève des enseignants : la crainte de l’ODS

L’Observatoire du développement sociétal (ODS) attire l’attention de la communauté éducative sur les conséquences de la revendication des enseignants en cours au Cameroun.

« Perturber ou détruire l’éducation, c’est se tirer une balle dans le pied ». Par cette phrase, Lilian Xavier Maurice Koulou Engoulou, coordonnateur général de l’ODS, regrette ce qui se passe actuellement dans les écoles au Cameroun. Face à la presse nationale et internationale à Yaoundé, il a alerté les autorités du pays et les camerounais, « sur les risques de voir une revendication sociale normale et légitime, muer en une récupération bestiale et anarchisante. »

En précisant que l’éducation constitue « le fondement de la société », l’ODS rappelle que la crise qui sévit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, a commencé de la même manière.  Il est à son sens plus qu’urgent de trouver des solutions efficaces aux problèmes des maîtres d’écoles et professeurs d’établissements scolaires.

Ceci d’autant plus que par le passé, relève l’Observatoire du développement sociétal« les mesures antérieures édictées par le chef de l’Etat et visant à assainir, améliorer et parer le vécu des enseignants de beaux atours, n’aient pas été appliquées toutes ces années, ce qui a entretenu chez ceux-ci le sentiment d’être estampillés quantité négligeable et abandonnés à leur sort fort peu enviable comparé à d’autres, de loin mieux traités et donc ressentis comme plus estimés. »  Un comportement fustigé par Lilian Koulou Engoulou.

LIRE AUSSI : La maturité de l’ODS est confirmée depuis 2020

Pour aboutir à un apaisement rapide de la grogne des enseignant, l’organisation fait des suggestions à ajouter à celles prescrites à Joseph Dion Ngute, premier ministre camerounais. Il s’agit :

  • qu’une profonde réflexion soit organisée pour reformater notre éducation,
  • de fixer des standards compétitifs tant au niveau national qu’international,
  • de poser comme socle d’assise, la morale et ce qui est convenu d’appeler dans le système actuel, l’éducation à la citoyenneté.

Reconnaissant que la présente grève des enseignants est plus un appel de détresse qu’une volonté de nuire, l’observatoire les invite à la modération et l’apaisement. « Qu’ils gardent à l’esprit que de leurs entrailles sortent toutes les connaissances, techniques et compétences nécessaires à notre communauté… » affirme Lilian Koulou. Selon lui, « leur voix a été entendue ».

LIRE AUSSI : L’ODS est pour la fermeture des bars au Cameroun

Au cours de cette communication de vendredi 18 mars 2021, l’ODS à demandé aux enseignants de s’organiser au niveau des collectivités territoriales décentralisées, pour dégager de leurs rangs, une délégation nationale chargée à titre spécial, du suivi de l’exécution des instructions du Chef de l’Etat ainsi qu’elles ont été prescrites.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *