Grève : Paralysie du transport le 27 avril 2020

Malgré l’assurance que tente de présenter certains syndicalistes, un mouvement d’humeur est prévu sur l’étendue du territoire camerounais à partir du lundi 27 avril 2020.

« Trop c’est trop, l’heure est grave ! » C’est par cette exclamation, que les présidents des syndicats nationaux des transports du Cameroun, confirment la grève générale illimitée devant commencer le 27 avril de l’année en cours.

Taximen, moto-taximen et autres chauffeurs professionnels, sont ainsi appelés à marquer un arrêt de travail, « jusqu’à ce que le gouvernement baisse les prix du carburant, ou remet les places supprimées chez les transporteurs » dans le cadre de la lutte contre la maladie à Coronavirus 2019.

A LIRE AUSSI : Dénonciation de la manipulation

Ces précisions figurent sur les tracts distribués dans les villes du pays. Mais aussi ont-elles été présentées à la presse à Yaoundé, par les leaders mécontents, samedi 25 avril 2020.

La discorde

Le gouvernement qui est accusé d’avoir semé la zizanie dans le monde syndical du transport terrestre, « refuse de fournir les masques de protection aux acteurs du secteur des transports », selon Patrice Samen, président de la Fédération nationale des syndicats des chauffeurs professionnels du Cameroun.

Le tract d’annonce de la grève du 27 avril 2020.

« Le mot d’ordre de grève reste maintenu », lance Jean Collins Ndéfossokeng, président du Syndicat national des employés du secteur des transports terrestres (Synester). Le porte parole de la plate-forme, a laissé entendre au cours de la dernière rencontre avec les journalistes, que les ministres semblent jouer au dilatoire. Lui, qui pourtant, était « convaincu qu’au plus tard le 26 avril 2020, quelque chose de bien serait fait dans l’intérêt de tous les acteurs du transport ».

Guerre intestine…

Deux groupes de syndicats s’opposent autour de cette grève annoncée pour prendre effet le 27 avril 2020 au Cameroun. Celui des futurs grevistes, contre les pro-gouvernement, prêts à tout pour empécher l’effectivité de l’expression du mouvement d’humeur. Les membres de ce dernier groupe, sont qualifiés par leurs adversaires, de mercenaires des pouvoirs publics.

Document fortement contesté. Imagination des pro-gouvernement.

En rappel, c’est le 6 avril 2020, que ce débrayage a initialement été annoncé, avant d’être ajourné, question de discuter avec les membres du gouvernement. Objectif : trouver des solutions aux problèmes et souffrances des travailleurs et patrons de cette activité.

A LIRE AUSSI : Le préavis de grève au Premier ministre.

Les syndicalistes disent être axphysiés par les mesures édictées par l’exécutif, pour combattre le Covid-19.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *