Inégalités salariales : les pays pauvres, paient mal les travailleurs

Selon un rapport de l’Organisation Internationale du travail (OIT), sur les rémunérations mondiales des travailleurs, les « pays pauvres » affichent les niveaux d’inégalités les plus élevés.

Si dans les pays membres de l’Union européenne, la moitié des travailleurs du bas de l’échelle reçoit 22,9 pourcent du revenu total versé aux travailleurs, en Afrique subsaharienne, le même groupe ne gagne que 3,3 pourcent des revenus du travail. Ce qui exacerbe les difficultés des populations vulnérables. Selon ce document de l’OIT, les pays présentant les répartitions les plus inégales sont : la République démocratique du Congo, la Côte d’ivoire, le Libéria, le Niger et l’Ouganda.

« Mondialement, seuls 10% des travailleurs gagnent près de la moitié des rémunérations mondiales », fait savoir l’OIT. L’analyse menée par cette Organisation montre alors qu’à l’échelle mondiale, le salaire moyen des travailleurs de la moitié inférieure de la distribution des revenus n’est que de 198 dollars par mois. Et les 10 pourcent les plus pauvres devraient travailler plus de trois siècles pour gagner la même chose que les 10 pourcent les plus riches en un an.

Bien que les pays pauvres soient les leaders, les inégalités salariales restent aussi élevées dans les pays en développement. Si l’on s’intéresse à la distribution du salaire moyen dans ces pays, on constate que la part allant à la classe moyenne (les 60 pourcent des travailleurs du milieu de la distribution) a reculé entre 2004 et 2017, passant de 44,8 pourcent à 43 pourcent. Dans le même temps, la part gagnée par les 20 pourcent des personnes les mieux rémunérées a augmenté, passant de 51,3 pourcent à 53,5 pourcent.

Les pays dans lesquels ces hauts salaires ont vu leur part dans les salaires nationaux augmenter d’au moins un point de pourcentage, sont l’Allemagne, l’Indonésie, l’Italie, la Pakistan, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Par ailleurs, cette nouvelle série de données de l’OIT a montré que les inégalités globales des revenus du travail à l’échelle mondiale, ont reculé depuis 2004.

Maxime Kana, stagiaire/ OIT

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *