Insécurité : folle nuit d’agitations à Yaoundé…

La nuit du lundi 22 au mardi 23 juillet 2019, a été très mouvementée au quartier Kondengui, abritant la prison centrale de Yaoundé, au Cameroun.

Des coups de feu persistants. Un cordon sécuritaire constitué de gendarmes, militaires et policiers. La peur a atteint son paroxysme dans l’arrondissement de Yaoundé IV, lundi soir. Des quartiers de la prison centrale de Yaoundé, Kondengui, étaient en feu.

Un incendie probablement enclenché par un groupe de prisonniers en colère. Ils ont pris d’assaut des cellules de leurs homologues, ainsi que des bureaux, qu’ils ont saccagé. Du coup, les voies d’accès à la prison de Yaoundé, ont été bouclées toute la nuit. L’accès même au quartier Kondengui par la rue « Belle-mère », est impossible.

Des coups de feu qui y ont été entendus à 21 heures, se sont poursuivi jusqu’à très tard. Plusieurs pensionnaires de luxe, ont été dépouillés : « ils ont tout emporté », lance l’une des victimes. D’après des sources dignes de foi, il y a eu des blessés, du côté de la catégorie « VIP ». Cette tension a pourtant commencé à se faire ressentir le matin, dans la même prison.

D’après une source interne, les manifestants se plaignent entre autre, de la non nutrition des prisonniers, la mauvaise qualité des soins de santé pour les prisonniers et la longueur interminable des procédures judiciaires. La prison centrale de Yaoundé compte 6.000 pensionnaires.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *