Istic : promotion plume et voix d’or

Les étudiants du département de communication licence 3, démontrent leur expérience de formation ce vendredi 30 octobre 2020 à l’institut supérieur de traduction, d’interprétation et de communication.

 Vendredi 30 octobre 2020. Le ciel nuageux, les premiers candidats font leur entrée dans l’enceinte de l’université en compagnie des membres de leurs familles.

Les salles de soutenance qui se trouvent au deuxième et troisième niveau du bâtiment principal de l’établissement affiche fière allure. Elles sont toutes décorées du « bleu-blanc ».

Salle de soutenance des journalistes. octobre 2020

Des flèches scotchées à même le sol et sur le mur de l’école servent d’indication. Sur le côté gauche de chaque salle est inscrit « promotion plume et voir d’or 2017/2020 ». À l’entrée des salles se trouve également un tapis de couleur bleu qui mène jusqu’à la table du jury. Des pots de fleur et des petits dessins fait à base de papiers enjolivent davantage le décor. Vidéo projecteur, table du jury, table du candidat et chaises, tout y est pour débuter la cérémonie.

 Les travaux proprement dit

À chaque passage des candidats, on chuchote, on éclate de rire, on apprécie. Le premier candidat, Alain Marcial Nzemie Leuwat a eu la main lourde venant du jury à cause de la surabondance des imperfections dans son travail. Cela a été un coup dure pour ce candidat qui a eu du mal à répondre aux questions à lui posées. « Je n’arrivais plus à m’exprimer parce que le stress et la peur m’habitaient, et au début j’ai été un peu frustré par le jury » confirme-t-il.

La même rigueur a été infligée à deux autres candidates en journalisme de la même promotion. Elles ont aussi eu quelques non-sens dans leurs travaux, mais ont répondues à toutes les questions posées. « Pour moi le stress est fini j’ai fait de mon mieux et je ne suis pas déçu de ma mention » affirme Daddyanne Mamekong Fopa.

La candidate Daddyanne Fopa recevrant les salutations de son jury

La dernière candidate de cette filière, s’est démarquée du lot. Très sûr d’elle, Anaïs Linda Kenne Yemelong a axé son travail sur une enquête à risque et assez captivante. Grâce à son sujet portant sur la drogue elle obtient donc la mention très bien (17/20), faisant d’elle la major de la promotion.

 

Manuella Manga (Stg)

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *