Jan-Pier Ouadjié : un exemple de ténacité, de passion

Influencé par l’animateur Leonard Chatelain, après avoir été à son école de la communication et de la vie pendant 4 ans, Jan-Pier Ouadjié se présente aujourd’hui comme un exemple à suivre par les jeunes de sa génération et ses cadets.

« J’ai trimé et beaucoup trimé, mais je ne m’apitoie jamais sur ces épisodes qui pour moi, ont été le ferment de ma combativité. » Ainsi parle Jan-Pier Ouadjié, au cours d’une conversation amicale dans son bureau à Yaoundé, la capitale camerounaise. Majestueusement assis sur son fauteuil de patron, la grandeur des locaux qui lui servent de siège de sa structure, donne l’impression qu’il est plein aux as et n’a jamais connu de souffrance. Pourtant, JPO, comme l’appelle les intimes, a eu tellement d’occasions de verser dans la débauche ou la facilité.

Outiller les jeunes entrepreneurs pour une maîtrise des stratégies, process et outils up to date, pour rentabiliser leurs investissements à Yaoundé. ©: JPO Solution

Ce coach hors pair, qui est au cœur des réjouissances de plusieurs jeunes entrepreneurs, apparaît aujourd’hui comme un expert incontournable dans le monde des petites et moyennes entreprises au Cameroun.  Les programmes et projets qu’il pilote, les ateliers spécifiques qu’il anime en collaboration avec les différents ministères et autres organisations intervenant sur la problématique de l’entrepreneuriat du développement et de la promotion des PME au Cameroun, en témoigne.

Le Cabinet JPO Solution procède au lancement officiel du Programme d’accompagnement des PME  de moins de 5 ans, à la performance (PAP-5P).  ©: JPO Solutions

Après l’obtention de son Baccalauréat au Lycée classique de Bafoussam, il s’inscrit à la faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Dschang, et dépose en même temps ses valises à radio Yemba (une radio communautaire de la place), où il fait des papiers pour le 12 h et présente le journal de 18 h, sans salaire. En tant que jeune étudiant dont les parents modestes peinent à s’occuper des plus petits, Jan-Pier Ouadjié sait qu’il doit se battre pour subvenir seul à ses besoins divers, tels que la scolarité, boire et manger.

On change de milieu, dans le même domaine 

Le même scénario se poursuit à Douala, où il se rend à « radio des lauréats ». Il y présentera les flashes de 7 h 30’, 11 h 30’, 18 h, et le magazine “Lauréat info magazine’’ tous les samedis à 9 h. « Je marchais à pied du quartier Oyack pour Bonamoussadi tous les jours aller et retour, et cela pendant 6 mois, sans salaire, ni indemnité quelconque, déclare-t-il. Je me mettais en route dès 5 h 00’ et arrivé à la radio tout en sueur. Il n’y avait pas de “gombos”. » L’eau était son meilleur compagnon, quand des camarades tels que Willy Issiack et Russel Djapa ne lui offraient pas un bout de pain à la pause.

Fin de renforcement des capacités ©: JPO Solutions

Avant tout cela, Jan-Pier Ouadjié a côtoyé des personnes comme Leonad Gofake alias Chatelain à Poala FM à Bafoussam, entre 2002 et 2006, et Didier Junior Kouamou à radio Yemba, à Dschang, par la suite. Le premier a semé en lui les graines de la créativité, la responsabilité, la proactivité, du professionnalisme et de la remise en question dans tout ce qu’on fait. « C’est lui qui a influencé ma manière de voir le verre, de faire face aux situations », révèle-t-il tout souriant. Le second quant-à-lui, l’a poussé à comprendre qu’il faut aussi prendre la vie comme un jeu.

Près de 15 ans d’expérience…

En 13 années, JPO a gravis tous les échelons en radio, de stagiaire de vacances à Coordonnateur des jeunes, puis reporter, Rédacteur en Chef, Directeur de Programme, chef de Chaîne radio FM. De ses 1,70 mètres, il est aujourd’hui entrepreneur, après être passé par le secteur des Organisations non gouvernementales. « La transition radio ONG a été très facile et le cap de l’entrepreneuriat également, explique-t-il, car je suis quelqu’un de très prospectif, avant-gardiste, qui planifie beaucoup. Je ne fais rien au hasard ou presque. »

Aujourd’hui, tout ce qu’il a traversé, n’est qu’un triste souvenir.  

Deuxième né d’une famille de 7 enfants dont 3 filles et 4 garçons, le promoteur du Cabinet JPO Solution (Journey toward Performant and Outstanding Solutions), a très tôt reçu le virus du leadership grâce à ses parents qui l’on vite responsabilisé. Ceci peut-être parce qu’il est l’ainé des garçons. « Je me souviens par exemple que dès le cours préparatoire, mon papa me remettait les frais de scolarité avec des instructions, et j’allais payer à l’école, ensuite je le faisais pour mes cadets », confirme-t-il.

Toujours jovial, ce jeune de 35 ans, marié et père de 3 enfants, est plus que déterminé à apporter encore plus de contribution au développement du Cameroun, puisque, pense-t-il, il y a beaucoup à faire.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *