Kumba : La ville aux cannettes de bières

Les boissons camerounaises, surtout celles des brasseries ne sont pratiquement pas consommées dans le Sud-ouest. Dans la ville de Kumba les habitants consomment pour la plupart les boissons importées.

 

Boissons d’Espagne, de Guinée Equatoriale, du Gabon et du Nigéria sont là ceux préférées par les populations de Kumba. La livraison est plus rapide et le produit se vend plus vite dans les marchés. Parait – il, les brasseries du Cameroun ont longtemps arrêtées la livraison de leur produit, car ne parvenant pas à se faire des bénéfices dans cette partie du pays. Avec l’arrivée de la crise socio-politique, les brasseries ont totalement stoppées la livraison à Kumba. Pour la plupart des habitants de cette zone, peu importe l’absence des boissons camerounaises, car celles importées sont meilleures.

 

                « Chez moi la seule boisson camerounaise qu’on peut trouver est celle des produits planètes ou source du pays. Tous les autres sont des boissons importées de la Guinée Equatoriale et du Nigéria voisin. Elles sont  pratique, facile à conserver et plus esthétiques, avec un gout naturel. Ce qui n’est pas le cas de nos boissons gazeuses camerounaises », s’explique Princess Oshi. Selon un tenant de dépôt de jus des Brasserie, ceux qui achètent les jus venant du reste du pays sont ceux-là qui ont vécu ailleurs, dans les autres régions.

 

On pourrait croire que c’est juste un problème entre les producteurs francophones et les clients d’expression anglaise. Car certains le confirment en prenant pour exemple les agences de télécommunications. «  Ici à Kumba comme dans le reste des villes à forte culture anglo-saxonne, MTN est plus utilisé parce qu’il est un opérateur d’expression anglaise or Orange est moins utilisé et accepté.», déclare Hélène Mbaté communicatrice dans une structure de la place. Ce qui laisse penser à de la discrimination, mais non.

 

                «Nous ne consommons pas les produits des Brasseries du Cameroun juste parce qu’ils sont à 99% chimique et mauvais pour la santé. Aussi, nous achetons plus ceux des fabriquant d’expression anglaise parce que les publicités et informations sont fait en anglais et nous comprenons mieux. Ce qui leur permet de gagner plus de clientèle. Alors ne pensons pas à une forme de discrimination ou de grève. », estime Leonardo GBa Zifor, étudiant en communication et étude des marchés à l’université de Lagos et ressortissant de Kumba. Comprendre que la consommation des boissons importées à Kumba c’est juste un choix de qualité et simplement une préférence comme tout le monde pourrait le faire.

 

Joël Godjé Mana

 

 

 

 

 

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *