L’Unicef sauve des vies grâce à l’énergie solaire

Au Centre de santé intégré (CSI) de Wogomdou dans le département de Faro et Deo, région de l’Adamaoua au Cameroun, les femmes accouchent dans de bonnes conditions d’hygiène depuis un certain temps.

« On n’a plus de décès maternel et néonatal de nos jours ». Ahmadou, infirmier breveté généraliste et chef du Centre de santé intégré de Wogomdou, se réjouit de l’exploit qu’enregistre la formation sanitaire qu’il dirige depuis 8 ans.

Ahmadou, Chef du centre de santé intégré de Wogomdou, s’exprime à la presse, août 2021. © A.K.N.

Plus que par le passé, les femmes enceintes se plaisent à se rendre dans cette institution sanitaire, pour les consultations prénatales et même l’accouchement. « Avant 2018, on avait 5 accouchements par mois. Maintenant on, est dans les 25 », confirme le chef de centre Ahmadou.

Maternité accueillante

La maternité bien alimentée en eau, est électrifiée 24 heures sur 24, les salles sont très propres et accueillantes. Ce qui captive davantage les femmes enceintes et celles sur le point d’accoucher, à en croire Aminatou, mère d’un bébé de moins d’un mois. « Les femmes accouchent maintenant dans des bonnes conditions, le service d’hygiène est au top, on est bien équipé, il y a la lumière », ajoute l’infirmier breveté généraliste.

Des lits, des tables d’accouchements, des berceaux et autres, meublent la maternité du CSI de Wogomdou. août 2021. © A.K.N.

Cette alimentation de la maternité en eau et électricité est actuellement possible, grâce à l’énergie solaire via des panneaux photovoltaïques qui justement, produisent de l’électricité et alimentent une pompe fournissant de l’eau. Ce forage avec plaque solaire, est en fait, une initiative du Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef). construit il y a plus d’un an.

Combattre la mortalité maternelle et néonatale

C’est une action du Projet d’appui à la santé maternelle, néonatale et infantile (Pasmni), mis sur pied par le gouvernement camerounais et la Banque islamique de développement, avec le soutien de l’Unicef et du Fonds des nations unies pour la population (l’Unfpa). Son principal objectif est d’améliorer l’offre et l’accès aux services de santé maternelle et infantile de qualité.

Forage avec plaque solaire au CSI de Wogomdou, en août 2021. © A.K.N.

Au delà de ce que cela apporte comme contribution au combat contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile dans la localité, ce forage est d’une importance  capitale pour les plus de 6.391 habitants de Wogomdou centre.  C’est le lieu par excellence d’approvisionnement en eau potable.

La joie du village

« Les gens quittent du fond des villages à environ 5 kilomètres, pour venir se ravitailler en eau potable ici. On les a au départ sensibilisé, en leur disant que cette eau est propre; ils ont vu et ils la puisent régulièrement pour boire », renseigne le responsable du centre de santé. Ce seul forage qui existe dans le village, influence beaucoup les vies.

“L’eau c’est la vie”. Août 2021 ©A.K.N.

En temps de classe apprend on également, les enfants se servent de l’éclairage de la plaque solaire pour étudier dans la nuit. Comme le font savoir certaines mamans rencontrées au CSI, « les écoliers s’agglutinent souvent sous les lumières, pour étudier et réviser leur leçons ».

LIRE AUSSI: Les bienfaits de la moto-ambulance à Wogomdou

Ainsi l’impact de l’installation de panneaux solaires est frappant à vu d’œil à Wogomdou. Le taux d’accouchement au Centre de santé intégré de ce village, a augmenté, et des enfants ont le privilège d’apprendre un temps soit peu, comme en ville.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *