Manœuvre – AHMAD AHMAD: LE TOMBEUR DES GEANTS CAMEROUNAIS

Depuis son élection, le malgache n’a cessé de réduire au néant les icônes du Cameroun.

Par Brice Ngolzok

 

AHMAD AHMAD, un nom qui restera certainement grave dans les mémoires des camerounais et plus encore dans l’esprit de certains hauts commis de l’État chargés de conduire les politiques publiques au Cameroun.  Car c’est lui qui déjà au soir du 16 mars 2017, faisait tomber l’inamovible président de la CAF en poste depuis 29 ans, Issa HAYATOU, lors d’une élection qui a précipité à la retraite  le fils de Garoua. Lui dont le rôle protecteur à l’endroit du pays de Roger Milla, au sein de cette instance était avéré.

 

L’une des mesures forte lors du mandat du patron était bien la dénonciation de la gestion bananière et du management de l’ex president camerounais de la Caf.   Quelques mois plus tard, c’est a des milliers des kilomètres du Caire, siège de l’institution que le malicieux quinquagénaire va dénoncer la mal gouvernance du sport roi du continent. 

 

Cette fois contre l’un des visages les plus connus des 36 dernières années en Afrique. L’homme lion, le Président historique et naturel, Paul BIYA du Cameroun, qui vient de  subir une déconvenue ultime après avoir reçu, moins de deux mois plus tôt le patron de la caf, dans son luxueux palais d’Etoudi. Il s’agissait de réitérer en présence du goleador camerounais, Samuel ETO’O, la ferme conviction de son pays d’être prêt “le Jour dit”.

Un message perçu avec sagacité et diplomatie par le bourreau des icônes camerounaises. Un homme à  la carrure en apparence frêle mais aux convictions managériales claires et lucides qui a toute suite mis en exergue le 30 novembre 2018, ses principes de légalité et de légitimité du comité exécutif de la Caf au grand désarroi de l’homme du 06 novembre 1982, victime comme son compatriote,de l’exemplarité du nouveau guide du football africain.

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *