Affaire Martinez Zogo contre le DCC : Un possible arrangement !

Pendant que le défèrement de l’homme de radio Martinez Zogo, accusé de diffamation, injure, cybercriminalité et chantage envers l’épouse du directeur du cabinet civil de la presidence de la république du Cameroun est envisagé, il est encore possible de croire au retrait de la plainte y relative, dans les heures à venir.

“L’homme qui pardonne ou qui demande pardon, comprend qu’il y a une vérité plus grande que lui”. Cette citation de Jean Paul II, semble retenir l’attention du directeur du cabinet civil (DCC), Samuel Mvondo Ayolo, auteur d’une plainte contre l’animateur de radio, Martin Zogo Zogo, alias  Martinez Zogo.

Le réseau des communicateurs indépendant de l’audiovisuel, vient de présenter ses excuses au ministre, directeur du cabinet civil et son épouse, ” pour les propos malveillants qui ont été tenu à leur encontre par certains membres” du réseau. La position du concerné en captivité étant encore attendue, pour un retour à la paix entre les deux parties.

Selon des indiscrétions, le diplomate Mvondo Ayolo, cadre contractuel d’administration peut faire valoir sa grandeur d’âme à tout moment. Pourvu que l’accusé reconnaisse son tord, en se comportant comme un fils qui s’excuse après avoir offensé son père. 

C’est le 17 janvier 2020 en matiné, que l’animateur, chef de chaîne de “Amplitude FM, Martinez Zogo, est conduit au secrétariat d’Etat à la défense (SED). Il lui est reproché d’avoir affirmé dans son émission très écouté ” embouteillage”, il y a environ deux semaines, que Mme Mvondo Ayolo “a les cuisses légères ” et “ fume le chambre indien“. Chose qui a mis en colère le couple Mvondo Ayolo.

Affaire à suivre…

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *