Média : 49 journalistes tués en 2019

L’organisation Reporter sans frontière (RSF) a pris la peine de recenser le nombre d’historiens du présent, victimes d’exactions de toute sorte dans le monde, au cours de l’année qui vient de s’écouler.

Au moins 389 journalistes en détention, 57 otages et 49 tués. Ces chiffres traduisent la baisse du nombre d’hommes et femmes de média « tués lors des conflits armés », peut-on lire dans le bilan annuel de 25 pages, établi par RSF. Même si on reconnait qu’avec les chiffres enregistrés en 2019, 941 journalistes ont déjà été tués en 10 ans.

En relevant qu’aucun journaliste n’a disparu en 2019, le document précise que parmi les 49 historiens du présent, 31 ont été assassinés (tués délibérément en raison de leur profession) et 18 éliminés sur le terrain, sans avoir été visés en tant que tels. Tous des journalistes locaux, tués en zone de conflit (20 soit 41%) et en zone de paix (29 soit 59%).

 

A LIRE AUSSI : Bilan 2018

Si parmi les journalistes tués, on dénombre 46 hommes et 3 femmes, RSF fait savoir que 358 hommes et 31 femmes, « se trouvent emprisonnés pour avoir exercé leur métier d’information, soit 12 % de plus qu’en 2018, qui affichait déjà une progression de 7 % par rapport à 2017 ». Un maintien en captivité qui est quand même bien différent de l’otage, selon Reporter sans frontière.

L’organisation informe qu’à ce jour, 52 otages locaux et 5 otages étrangers sont enregistré. Elle « considère qu’un journaliste est otage à partir du moment où il se trouve entre les mains d’un acteur non étatique qui menace de le tuer, de le blesser ou de continuer de le détenir afin de faire pression sur une tierce partie (un État, une organisation ou un groupe de personnes) dans le but de la contraindre à accomplir un acte particulier. La prise d’otage peut avoir un mobile politique ou/et économique lorsqu’elle implique le versement d’une rançon ».

A LIRE AUSSI : Un baobab du journalisme s’effondre

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *