Mutinerie de Kondengui : 300 millions de francs CFA de perte

Les prisonniers mutins, activistes politiques ou de la crise du Nord Ouest et du Sud Ouest ainsi que les grands braqueurs, sont de retour sur les lieux.

Deux semaines après les manifestations revendiquant la libération des prisonniers harcélés et violentés dans les procédures judiciaires ou ployant sous les affres conditions de vie en milieu carcéral saturé avec des “dorment à terre”, ils sont revenus. Contrairement aux craintes, personne ne manque à l’appel, donc zéro mort, mais des séances de renseignements au Secrétariat d’Etat à la défense (SED), au Groupement spéciale d’opération (GSO) et au Groupement mobil d’intervention (GMI) suivent leur cours. Le melting pot a été tamisé pour reconstituer le triste film de la nuit du 22 juillet au 23 juillet 2019.

A LIRE : Des détenus molestés

Le bilan se veut lourd. Des dégâts en bâtiments, mobiliers, équipements, machines, produits pharmaceutiques et ordinateurs. Plus de 300 millions de francs CFA de perte, sans compter le coût de la reprise des lieux par les forces de défense et de sécurité.

Des sequelles du traumatisme sur les détenus braqués comme dans un film, demeurent également. La vie reprend son cours certes, mais les insurgés risquent de ne plus retrouver leurs places dans leurs dortoirs respectifs. Comme pour dire que “qui va à la manifestation, perd sa place”.

A LIRE AUSSI : Mutinerie à la prison entrale de Yaoundé

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *