Ngaoundéré : L’apport de l’Unicef dans la lutte contre le COVID-19

Le Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef) intervient dans le chef-lieu de la région de l’Adamaoua, en appuyant la délégation régionale de la promotion de la femme et de la famille.

«Tous contre le Covid-19 !» Plus qu’un slogan, cette phrase est devenue un refrain de chanson dans la ville de Ngaoundéré. Elle est affichée dans la quasi-totalité des espaces publics, parmi lesquels, la délégation régionale de la promotion de la femme et de la famille.

Dès qu’on arrive ici, on est accueilli par des seaux d’eau de couleur bleue à robinet (35 litres), sur lesquels se trouvent des flacons de savon en liquide. « Personne ne passe par ce lieu, sans se laver les mains. Vous constatez vous même, que chacun porte un cache-nez », relève Joel Dawa, délégué régional de la promotion de la femme et de la famille dans l’Adamaoua.

Joel Dawa, Délégué régional de la promotion de la femme et de la famille pour l’Adamaoua

Bien plus, la délégation régionale coordonne et supervise des activités de sensibilisation des populations sur comment prévenir la maladie à Coronavirus 2019. L’institution a également distribué des kits et procédé à une formation, avec l’appui de l’Unicef, il y a une semaine.

En fait, cette administration de la région château d’eau, bénéficie de l’appui de l’agence des nations unies, axé sur l’eau, l’hygiène et l’assainissement, mais aussi sur l’engagement communautaire. Ainsi, 50 leaders religieux, de toutes les obédiences confondues, ont vu leurs capacités renforcées le 16 avril 2020, sur la stratégie de lutte contre la pandémie actuelle, donnant la part belle à l’importance du lavage des mains.

Le lavage des mains : une pratique bien appliquée par les habitants du quartier Béka.

Le 21 avril 2020, les leaders formés ont reçu de la délégation régionale de la promotion de la femme et de la famille, 100 seaux à robinet et des supports. « Chaqu’un des 4 groupes a aussi obtenu 74 bouteilles de savons liquides », ajoute l’inspecteur principal des affaires social, Joel Dawa. On n’oublie pas des gilets, qui ont été remis ce jour-là également.

A LIRE AUSSI : Des journalistes outillés en matière d’enregistrement des naissances. 

Depuis lors, un sérieux dispositif de lavage des mains, inonde la cité de Ngaoundéré, qui a fait de l’usage de ce précieux liquide, une coutume, mieux, une culture. « Les habitants sont accueillant et adhèrent aux appels au changement des comportements, dans le but de barrer la route au Coronavirus dans la région de l’Adamaoua », rassure Kierne Pauline Bardé, chef de bureau de la promotion et la protection de l’enfant, à la délégation régionale de la femme et de la famille, en pleine action de sensibilisation au marché de Béka, dans le département de la Vina, ce mercredi 29 avril 2020.

A LIRE AUSSI : L’efficacité de l’allaitement maternel.

L’implication est donc de mise, à en croire les agents sensibilisateurs. « Même s’il faut parfois jouer le gendarme derrière certaines personnes, qui estiment que c’est fatigant de se laver les mains à tout moment », reconnait Joel Dawa, délégué régional. Les autorités se trouvent dans l’obligation d’effectuer des tours inopinés dans les endroits sensibles comme les lieux de culte, les marchés et autres, pour s’assurer de l’effectivité des instructions et mesures barrières.

Arnaud Kévin Ngano, envoyé à Ngaoundéré 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *