Plainte : L’ODS aux trousses des assassins de Florence Ayafor

En félicitant l’armée camerounaise pour son professionnalisme, l’Observatoire du développement sociétal (ODS), a annoncé vendredi 17 juillet 2020 à Yaoundé, qu’il va porter plainte contre les assassins de Florence Ayafor, gardienne de prison, tuée non loin de Santa, dans la région du Nord-Ouest-Cameroun, en fin septembre 2019.

 

La plainte que peaufine l’ODS en ce moment, vise également « tous ceux qui se sont rendus coupables d’actes répréhensibles ou criminels, et ayant pour but de semer du désordre au sein des populations ou de porter atteinte à l’action constate du gouvernement ». C’est ce qu’affirme Lilian Maurice Koulou Engoulou, Coordonnateur général de l’Observatoire du développement sociétal, lors du point de presse du vendredi 17 juillet 2020, à Yaoundé.

Le défenseur des droits des populations et des usagers a exprimé au cours de cette rencontre avec les hommes et femmes de médias, sa « satisfaction » à apprendre que les forces de maintien de l’ordre, ont mis la main sur deux présumés « égorgeurs » de Florence Ayafor.  Une preuve de « la détermination du gouvernement, à retrouver ces criminels, en vue de les conduire devant la justice », selon l’organisation que dirige Lilian Koulou Engoulou.

Par la même occasion, « l’observatoire invite les leaders d’opinion, les acteurs politiques nationaux et internationaux, à reconnaître à travers cette arrestation, le professionnalisme qui caractérise l’armée camerounaise », fait savoir le coordonnateur Lilian Koulou. Il s’interroge par la suite, sur « le silence des Organisations non gouvernementales internationales et de certains partenaires étrangers ». Portant, c’est un « évènement qui devrait susciter  un élan d’espoir et de satisfaction », à en croire l’ODS.

Avant de se séparer des journalistes, le chef de cette association citoyenne, a appelé les partenaires du Cameroun, à constater « la volonté manifeste du président de la république Paul Biya, à maintenir un Etat de droit » dans son pays. Cela se justifiant, par « l’ouverture systématique des enquêtes sur différentes exactions dans l’optique de ne pas les laisser impunies », dit Lilian Koulou Engoulou.

En rappel, Vendredi  10 juillet 2020. Niba Innocent Akuma âgé de 30 ans 11 mois et Ngu Roger âgé de 29 ans 9 mois, sont présentés aux historiens du présent comme les présumés assassins de Florence Ayafor, sauvagement exécutée par décapitation. C’est grâce à l’exploitation du premier sus-cité, que l’on parvient à arrêter Ngu Roger, le 24 juin 2020, à Bonabéri à Douala.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *