Poliomyélite: un danger permanent

Selon les informations officielles, le polio virus sauvage est éradiqué au Cameroun depuis le 18 juin 2020. Pourtant les enfants demeurent fortement exposés à la poliomyélite de type vaccinale. Ce qui justifie les journées locales de vaccination en cours.

 

Assise sur les cuisses de sa mère (Véronica Choh), Joyce, agée de 4 ans, le regard lointain, a l’air craintive et souffrante. Normal, la petite fille revient de loin. Joyce a contracté la poliomyélite en mars dernier, alors qu’elle n’avait que 3 ans 8 mois. « ça a commencé comme le palu. Un jour elle est tombée, tout un côté de son corps ne bougeait plus, même sa bouche était tournée d’un côté; elle était comme si elle était paralysé », révèle la maman de Joyce.

 

Cette mère de 3 enfants à 30 ans, dit avoir emmené sa fille malade à Douala, pour des examens. Mais elles vont rentrer à Boumnyébel, son lieu de résidance depuis 11 ans, sans résultat. C’est un mois plus tard, que Véronica va recevoir un médecin chez elle. Celui ci est venu lui annoncer que sa fille a été attaqué par la poliomyélite.

Joyce revient de loin, à son âge (4 ans). (c) : A. K. N. Septembre 2020.

Incroyable ! La fille de Véronica n’a pourtant loupé aucune séance de vaccination contre cette maladie, depuis sa naissance. Selon la médecine, Joyce a contracté la poliomyélite de type vaccinal, déportée du Tchad pour le Cameroun. Ce sont des cas pareil, qui ont entre autre suscité les deux tours de vaccination qui sont lancés sur le triangle national.

 

« Le 18 juin 2020, le Cameroun a été admis au rang des pays libres du polio virus sauvage, et c’est une grande victoire pour notre pays. Cependant il faut appporter une nuance; aucours de cette même année 2020, plusieurs cas de polio virus de souche vaccinale ont été confirmés », dit le chef du district de santé de Biyem Assi à Yaoundé, Gisèle Bete.

Il faut protéger les enfants. (c): Minsanté

Ce que ne dément pas le coordonnateur régional du programme élargi de vaccination(PEV) du Littoral, Léonard Ewané, qui explique que « la riposte vaccinale actuelle, résulte d’un cas de polio qui a été détecté dans le district de santé de Bangue dans la région du Littoral. Tels que les directives le recommande, quand il y a un tel cas, il faut riposter. C’est pour cela que nous allons conduire deux tours de vaccination».

 

A LIRE AUSSI: L’artiste Stanley Enow contribue pour l’éradication de la poliomyélite.

Ainsi le vendredi 18 septembre 2020, le 1er tour des journées locales de vaccination a été lancé dans 6 régions. Ils s’agit des régions de l’Extrême-Nord, du Nord, de l’Adamaoua, de l’Est et du Centre. Cette première phase s’achève dimanche 20 septembre de la même année, pour redémarrer le 9 octobre et s’achever deux jours après.

Campagne à prendre très au sérieux. (c): OMS

Les équipes de vaccination vont de ménage en domicile, mais également se rendent-elles dans les lieux publics et les hôpitaux. Une campagne de vaccination appuyée par le Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef) ayant préalablement été bien menée. L’ambassadeur national de l’Unicef a d’ailleurs été mis à contribution à cet effet.

 

Mais il faut préciser que les enfants de 0 à 59 mois, doivent respecter leur calendrier vaccinal à la lettre, en continuant à aller dans les centres de santé, si l’on s’en tient aux propos des experts. Cela renforce l’immunité des enfants.

 

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *