Prison centrale de Yaoundé : Des homosexuels se livrent en spectacle

C’est le phénomène le plus apparent de s’exprimer à la prison de Kondengui actuellement.

Les bagarres de couples homosexuels femme/femme et homme/homme en bon lesbiennes, Gays, bisexuels et transgenres (LGBT), font de plus en plus rage dans ce milieu carcéral de Yaoundé. Le dernier en date est celui survenu en début de semaine. Un spectacle désolant que vit la foule constituant la population des lieux. « Cela prouve que la promiscuité est de taille ici. On est permanemment en danger », lance un prisonnier.

A ce phénomène de bagarre, rancœur et trahison qui va grandissant à la prison centrale de Yaoundé, s’ajoute les conditions de vie exécrables. D’ailleurs trois personnes y sont mortes de suite de rupture des remèdes contre la tuberculose. Des décès enregistrés en deux jours seulement. On parle alors d’alerte maximale.

LIRE AUSSI : Bastonnade à la prison centrale de Yaoundé

Un des décédés était un condamné à mort, qui devait être libre dans trois mois. En dehors des raisons de maladie, on évoque aussi l’empoisonnement.

L’accès au quartier 2 des malades, est mis en quarantaine, apprend-on. La mise à sac du bureau du médecin chef et de la pharmacie, a empiré la situation, et augmentée les risques de contamination.

LIRE AUSSI : Les conditions de vie des prisonniers à la prison centrale de Yaoundé.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *