Projet Tic 2019 : Agrix Tech

 

Le premier prix du projet TIC 2019 est revenu au projet Agrix Tech porté par le jeune Adamou Nchange Kouotou basé à Yaoundé. Un parcourt difficile, mais qui porte ses fruits aujourd’hui.

 

Détecter et diagnostiquer les maladies des plantes dès leur stade primaire, puis de proposer des traitements et des mesures de prévention est l’objectif principal d’Agrix Tech. En effet, avec cette Intelligence Artificielle qui dote instantanément les petits agriculteurs formés sur le tas de compétences en prévention, détection et traitement des maladies des plantes agricoles, les 80% des petits agriculteurs représentés en Afrique, pourront augmenter les rendements de leurs exploitations et par conséquent leurs revenus.

 

Il sera déployé dans plusieurs langues nationales des pays africains, pour être à la portée de tous les paysans. Cette innovation a reçu le prix spécial du président de la République d’une valeur globale de 15 millions FCFA, comprenant un chèque de 6 millions, du matériel de travail, ainsi que la participation à l’Ericsson Winner Program et à des programmes de mentorat à Dubaï.

 

Par leur modeste expérience dans l’entrepreneuriat, il n’a pas été facile pour ce groupe représenté par Mariben Chiato et Dorothée Mvondo de lever des fonds. Les conditions d’obtention des prêts bancaires étaient très rudes et inaccessibles. Solliciter des investissements étrangers n’était pas chose facile,  car  les investisseurs se méfiaient du fait du climat actuel des affaires au Cameroun. Le financement du projet au départ provenait de leurs propres économies. Et c’est en choisissant les ressources du web pour mieux faire passer leurs messages que leur projet voit vraiment le jour. Grace au CEO et fondateur principal d’AGRIX TECH Adamou Nchange Kouotou,

 

 Dorothée Mvondo répond  à l’interview

                                                                

Quel a été votre motivation à développer votre projet Agrix?

Le fondateur principal du projet a constaté que les agriculteurs de la localité de l’ouest, ainsi que ceux du reste du pays perdaient leur récolte. Ceci à cause d’un mauvais diagnostic des maladies de la tomate, ainsi que par une utilisation anarchique des pesticides par ces derniers.

 

Combien de temps avez-vous pris pour monter le projet?

Nous avons mis environ 5 mois pour avoir un prototype. Car Adamou avait déjà une idée du projet Agrix lorsque nous nous rencontrons.

 

Après votre participation au concours du meilleur projet Tic 2019, vous avez eu des financements. A quoi cela vous a servi?

Le financement obtenu lors de la semaine de l’innovation numérique a boosté notre travail. Cet argent nous a permis de financer notre propre data set d’images, qui est indispensable pour entraîner une IA ;  de louer des bureaux et d’avancer dans le développement de notre IA. La version commerciale est attendue pour Janvier 2020.

 

Après quelques mois, le projet porte-t-il ses fruits?

Actuellement, outre la tomate, Agrix Tech donne des informations fiables sur la détection, le traitement et la prévention des maladies du manioc, du raisin, du piment, du maïs, du soja et du café. L’application a déjà et est testée par des ingénieurs agricoles et des agriculteurs qui sont déjà impatients d’obtenir la version commerciale

 

Trouvez-vous que le pays soutient les innovations dans les projets jeunes et les start-up à suffisance?

Agrix Tech est un témoignage vivant de l’intérêt du gouvernement camerounais aux start-up. Nous souhaitons que le gouvernement organise d’autres événements qui permettront aux peuples camerounais de découvrir des talents. Le gouvernement pourrait également fournir des bourses aux jeunes entrepreneurs et les aider dans la maturation de leurs projets.

 

Quels conseils pouvez-vous donnez aux jeunes dans la recherche de l’emploi et leur projet?

Travailler dur, croire en ses rêves, ne jamais se décourager et surtout persévérer.

 

propos recueilli par Joël Godjé Mana

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *