Prosper Essomba : « la commission tripartite est à l’origine de tous nos problèmes »

Après la suspension de la grève générale et illimité des transports qui devait commencer le 12 juillet 2021 au Cameroun, Prosper Aimé Essomba, président du Syndicat national des chauffeurs du transport périurbain et rural du Cameroun (Synctrapurcam), révèle ce qui s’est passé pendant les trois jours de concertation avec l’administration.  

Qu’est ce qui justifie la suspension de la grève qui devait débuter le 12 juillet 2021 au Cameroun ?

Je voudrais commencer par signaler qu’un préavis de grève n’est pas une grève automatiquement. Une fois les négociations entamées, la grève doit être à 90% suspendue et pourquoi pas, levée. Je remercie en fait l’administration qui nous a enfin écouté, même si c’est à la dernière minute.

On a d’abord été reçu les 8, 9 et 10 juillet 2021 au ministère du travail et de la sécurité sociale, pour parler des problèmes liés à l’assurance automobile. Reconnaissant la pertinence de nos revendications, le ministre Grégoire Owona a promis de saisir les autres représentations du gouvernement, notamment le Ministère des finances, tutelle des assurances au Cameroun, et le ministère des transports. Chose qu’il a fait.

Mardi 13 juillet 2021, nous nous sommes à nouveau retrouvé pour faire le point et voir comment nous pouvons avancer. Nos propositions ont été adoptées.

A quoi doit-on s’attendre désormais ? Avez-vous l’impression d’avoir même été entendu ?

Sur les 5 points que nous avons posés sur la table, il y avait la question liée à la commission tripartite dont nous avons demandé la dissolution. A partir de nos exposés, on a compris que la commission est à l’origine de tous nos problèmes. Il a aussi été précisé que c’est une commission qui a été créée par le premier ministre, donc ne peut être dissoute, parce que cela est prescrit par l’Organisation internationale du travail.

On se réjouit quand même de la décision de l’administration de procéder à la rotation de tous les syndicats de transport dans cette commission, question de changer les acteurs. Une manière pour l’administration de reconnaitre que l’équipe qui a toujours été là, a échouée quelque part. Pour ce qui est du transport périurbain et rural, il nous a été demandé d’attendre la signature de la nouvelle loi qui se trouve actuellement au premier ministère. La prise en charge du moto-taximan et son passager est aussi pris en compte maintenant.

Dans l’urbain, dans le segment des taxis, la prime net d’assurance de trois mois est de 62.750 francs CFA selon la loi de 1994, et non 66.000 francs CFA. Ils nous ont dit 2.250 francs est pour la prise en charge du chauffeur et 1.000 francs CFA pour financer les activités de la commission tripartite (Administration-Assureurs-Syndicats des transports). Le gouvernement a trouvé anormale que les transporteurs financent les activités de la commission. Les travaux sont en cours, les activités de la commission sont suspendues puisque la réunion prévue le 15 juillet 2021, à Yaoundé, n’a pas eu lieu. Dans les trois mois à venir, on aura des résultats réjouissants découlant de toutes les propositions que nous avons faites.

Propos recueillis par Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *