Prosper Essomba : « Même le gouvernement n’a pas pu faire »

Constitués en des groupes bien organisés, des conducteurs professionnels bénéficient des facilités grâce à une mutuelle proposée à l’établissement de microfinance Renaprov par le Syndicat national des conducteurs du transport périurbain, urbain, interurbain et rural du Cameroun, ainsi que d’autres organisations socioprofessionnelles. C’est ce qui découle de l’interview que nous accorde le leader syndical Prosper Aimé Essomba.  

De nombreux taximen ont reçu des clés des véhicules à Yaoundé. De quoi s’agit-il au juste ?

Depuis la nuit des temps, les professionnels des transports souffrent. Ceci parce qu’ils n’ont pas les moyens de s’acquérir des véhicules. Dieu merci, aujourd’hui, il y a un homme, Emmanuel Noel Bisai, qui a compris les pleures des professionnels des transports. Se rappelant qu’il a lui-même souffert, il a décidé d’accompagner chauffeurs, pour qu’ils deviennent comme moi.

C’est pour cela qu’il nous a accompagné dans la mise sur pied d’une mutuelle en juin 2020, et au bout d’un an, vous voyez ce que cela entraine. Mercredi 14 juillet 2021 à l’agence Renaprov de Nkol Eton, vendredi le 16 juillet 2021 à la direction générale à Elig Effa, où des camarades ont bénéficiés de 9 taxis et 2 cars Hiace de 19 places. En fait, au total, 25 taxis et 7 cars de transports et 30 motos sont mis en jeu. Il y a également des enveloppes allant de 50.000 francs CFA à 1.000.000 francs CFA, pour les commerçants. En passant, je précise qu’un taximan chanceux a même gagné un taxi et une maison à la fois.

Nous ne pouvons que dire merci, et appeler les autres camarades à emboiter le pas. Ce n’est que le début, l’année prochaine se sera encore autre chose.

Est-ce que cette initiative ne concerne que des taximen et chauffeurs professionnels de la région du Centre ?

Non ! La même activité a eu lieu dans les agences Renaprov de Douala. Partout où Renaprov est installé au Cameroun, que les camarades se dirigent vers là, et qu’ils partent souscrire à la Mutroc. C’est 26.000 francs CFA par an, pas plus. Soit 100 francs CFA par jour, 500 francs CFA par semaine, 2.000 francs CFA le mois. Avec cela, vous prétendez devenir propriétaire d’un véhicule, d’une maison ou d’un fonds de commerce au bout d’un an.

Rien d’autre en échange ?

Vous savez, c’est quelque chose que même le gouvernement n’a pas pu faire. Aujourd’hui nous avons la possibilité de refuser les véhicules en condition vente, pour un montant exorbitant. Ce qui se passe aujourd’hui, c’est que vous rembourser juste les dépenses faites pour l’achat du véhicule sans pression. La voiture vous est remis avec les papiers administratifs d’un an.

Pourtant quand on a souvent pris un véhicule en condition vente chez quelqu’un, il demande de rembourser 5.000.000 ou 6.000.000 de francs CFA. Parfois la voiture s’affaibli alors qu’on ne parvient pas à finir de verser ladite somme. Je profite de l’occasion que vous m’offrez, pour demander à ceux qui ont gagné d’être un peu sérieux pour que d’autres en bénéficie aussi.

Propos recueillis par Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *