Protection de l’enfant : Stanley Enow, pour l’éradication de la poliomyélite

Le jeune artiste camerounais, ambassadeur de l’Unicef, a entamé mardi 8 septembre 2020 à Douala, une mission de sensibilisation pour la vaccination contre la poliomyélite.

 

C’est en prélude à la campagne de vaccination contre la poliomyélite dans six régions du Cameroun les plus à risque, que Stanley Enow, engagé avec l’Unicef pour la cause des enfants, a lancé cette autre tournée de sensibilisation. Sa cible: les parents.

A la chefferie de Dibamba Bonanloka, dans la cité économique, région du littoral, l’ambassadeur de l’Unicef a participé aux activités de vaccination des enfants présents, en administrant quelques goûtes de vaccins à un des bébé.

Un geste applaudit par les mères de ce quartier, mais aussi par les autorités administratives et municipales de l’arrondissement de Douala 3ième.

Mobilisation contre la polio. (c) : A.K.N. 8 septembre 2020.

Prenant la parole, le coordonnateur régional du Programme élargi de vaccination (PEV), Leonard Ewané a profité pour lancer « un plaidoyer aux parents », pour qu’ils « ouvrent  largement leurs portes, pour accueillir les équipes de vaccination » annoncé dans la région du littoral du 18 au 20 septembre 2020 (pour le premier tour) et du 9 au 11 octobre 2020, pour le second tour.

Sur son retour à Yaoundé, le musicien va également s’arrêter le lendemain, à Boumnyebel dans le département du Nyong et Kelle, puis à la chefferie de Melen 7 II, dans la région du centre.

A LIRE AUSSI : Des audiences foraines pour les déplacés internes.

Dans ces deux autres localités, il va aussi échanger avec des parents, parmi lesquels ceux des enfants ayant contracté la maladie. Ceux-ci seront à leurs tour, efficacement sensibilisé sur l’importance de la vaccination contre la polio.

Protéger les bébés est un devoir pour toutes les mamans. (c): A.K.N. 8 septembre 2020.

Sur le triangle national en cette année 2020, il a été confirmé plusieurs cas de polio virus circulant de type 2, apprend on. Selon l’Unicef, « le risque d’épidémies dues aux “circulating vaccine-derived poliovirus type 2 African region” (cVDPV2) continue d’exister du fait de la persistance des faibles couvertures vaccinales en routine ».

La survenue de la maladie à coronavirus 2019, a favorisé les réticences ainsi que la méfiance à l’égard des vaccins et des services de vaccination. Ce qui à entraîné inéluctablement, « le report de la dernière campagne de vaccination contre la poliomyélite de mars 2020 et une baisse de la fréquentation des services de vaccination ».

A LIRE AUSSI : Des concentrateurs d’oxygène pour les malades du Covid-19.

 

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *