Recrutement de 3.000 instituteurs: l’objectivité a prévalu lors du test

Vendredi 7 mai 2021 à Yaoundé, Laurent Serge Etoundi Ngoa, ministre de l’éducation de base, rassure les camerounais sur le bon déroulement du concours de recrutement des instituteurs de l’enseignement maternelle et primaire.

Les résultats de la deuxième phase de contractualisation des instituteurs de l’enseignement maternel et primaire sont imminents. L’annonce a été faite par le Pr. Laurent Serge Etoundi Ngoa, pendant le point de presse tenu vendredi 7 mai 2021, dans la salle de conférence du ministère de l’éducation de base.

Journalistes de tous les médias nationaux et étrangers affichent présent au point de presse du 7 mai 2021, au Minedub à Yaoundé-Cameroun. ©: Minedub

« Cette fois ci, les choses ont été organisées de telle sorte que nous faisons d’un examen, un concours », dit le ministre, avant d’ajouter que « les rapports régionaux qui me sont parvenus montrent que tout le monde a composé, les copies anonymées, ont été corrigées ; aucun incident n’a été relevé dans aucune des régions ». D’ailleurs, « Le côté pédagogique du test a été géré par le Minesec qui est statutairement responsable des écoles normales d’instituteurs », insiste-t-il.

A LIRE AUSSI: Corruption, lenteur administrative et manque de transparence, plombent l’éducation au Cameroun

Plus de 40.000 candidats ont pris part à ce concours sur le triangle national. « Ceux dont les noms et prénoms ne vont pas figurer sur la liste définitive, précise le patron de l’éducation de base au Cameroun, ne sont pas forcément faibles ou nuls, mais c’est parce qu’on veut les meilleurs ».

Laurent Serge Etoudi Ngoa: « Les résultats seront les fruits du travail des candidats pendant le concours. » Yaoundé, 7 mai 2021. ©: Minedub

Selon le membre du gouvernement, les 3.000 instituteurs retenus, seront répartis ainsi: 350 dans la région de l’Ouest où 542 écoles ont été ciblées, 500 dans la région du Nord pour 757 écoles cibles, 300 dans l’Adamaoua, 700 dans l’Extrême-nord, 300 dans la région de l’Est, 350 dans le Centre, 100 dans chacune des régions du Littorale, du Sud-ouest et du Sud. Personne n’aura eu une moyenne inférieure à 12/20 parmi eux, révèle Laurent Serge Etoundi Ngoa, avant de dire qu’ils « devront servir au moins 5 ans dans leur poste de travail ».

A LIRE AUSSI: Le droit à l’éducation est en danger au Cameroun

La prochaine contractualisation des instituteurs de l’enseignement maternel et primaire, session 2020-2021, est prévue en juillet de l’année en cours, pour que les résultats soient publiés en septembre 2021.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *