Rentrée scolaire: la chasse aux écoliers retardataires dans les agences de voyage

Les classes ont repris depuis le 6 septembre 2021 sur toute l’étendue du territoire national, mais on continue à observer beaucoup d’affluence dans les agences de transport : ceci à cause du retour tardif de certains élèves.

« Le succès se prépare dès le premier jour de la rentrée ». Cet adage semble être incompris par de nombreux jeunes. La cloche de la fin des vacances a sonné depuis le lundi 6 septembre 2021, marquant ainsi la reprise des cours dans les établissements maternels, primaires et secondaires. Cependant, des élèves traînent encore le pas.

Cette affirmation est justifiée dans la mesure où, la majeure partie des bus de transport qui circule ce mardi 7 septembre 2021, sont saturé de jeunes. Ce sont incontestablement des écoliers, des lycéens, des collégiens.

LIRE AUSSI: Des promoteurs et responsables des agences de voyage de transport routier, combattent les accidents de la circulation 

Isabelle Sowa, une nouvelle lycéenne donne les raisons pour lesquelles elle quitte la cité capitale un jour après la rentrée : « Mon oncle m’avait demander d’attendre, le temps pour lui d’acheter mes fournitures scolaires », déclare-t-elle dans le bus “Général Express voyage” en partance pour Mbouda. Junior, admis en classe de Terminale confie : « Je suis venu à Yaoundé pour chercher l’argent de ma scolarité, chose que j’ai pu réaliser par la grâce de Dieu. Mais je devais aussi acheter mes accessoires de l’école vu qu’ici, il y a presque tous ce que je désire comparé à Babadjou où je vais. ».

Les stratégies remarquables observées aux agences

Ce mardi 7 septembre 2021, une longue file de bus de transport, s’impose dans les agences situées au quartier Carrière de Yaoundé. Une multitude de convoyeurs sont stationnés devant chaque agence. C’est la chasse aux passagers. Des passagers qui sont en majeure partie des jeunes vacanciers. « Ma sœur tu refuses de prendre ma voiture ? » hurle un convoyeur de l’agence de transport Mangwa boy à une jeune fille, chargée par sa valise et son sac à dos.

A LIRE AUSSI: Des bus anti-Covid existe déjà dans certaines agences de voyage au Cameroun

L’opération « ne rien laisser passer » est lancée. Dès qu’un voyageur se pointe à l’horizon, ils bondissent tous sur lui pour essayer de le convaincre à emprunter leur agence. Les plus rusés utilisent leur langue vernaculaire pour essayer de créer une certaine familiarité avec le potentiel voyageur. « On décolle déjà mon frère », une autre technique de persuasion utilisée par les aides chauffeurs d’Etoile Star. Puisque certains passagers sont pressés d’embarquer le plus rapidement possible en furetant du regard des bus déjà prêt à décoller. Le plus curieux de tout c’est l’ingéniosité de ces chargeurs dont les véhicules émettent des ronflements : signes dissuasifs et persuasifs pour un départ imminent. Dès lors que le passager est convaincu, ce dernier s’acquitte de ses frais de transports. Cette étape franchie, le passager s’installe dans le bus et commence à s’ennuyer. Ce n’est qu’au environs de 23 h qu’il sent le bus bouger.

Cette pluralité de jeune dans les agences de transport témoigne à suffisance que la rentrée n’est pas encore véritablement effective. Quant aux transporteurs, c’est un bon moment pour pointer mais prudence à  tous, sur les routes.

Ajara Fomekong (stagiaire)

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *