Révélation-Innovation : Aymard Djadchin prolonge la liste des génies de l’économie numérique

C’est un autre entrepreneur Camerounais comme Arthur Zang, qui a su faire ses preuves lors du We data challenge en fin septembre dernier. C’est une compétition organisée par LumenenAi à l’Université de Pau en France. Celle-ci prime les meilleurs projets intégrant l’intelligence artificielle.

Par Maxime Kana, avec Investir au Cameroun

 

En fait, peu connu du public Camerounais, Aymard  Djadchin est dans la trentaine. Il est ingénieur en conception informatique et vient de rejoindre un cercle fermé ou l’on reconnait des figures symboliques telles que Arielle Kitio, Olivier Madiba, Arthur Zang, etc. Il est le concepteur d’Hospisoft, une application qui automatise la gestion d’un hôpital et est dotée d’une intelligence artificielle qui aide à l’établissement d’un diagnostic médical fiable.

 

En temps réel, cette technologie a plusieurs missions.

D’abord, au niveau de la gestion hospitalière, elle permet de :

  • Suivre efficacement les patients dans les hôpitaux,
  • Veiller aux entrées et sorties des patients en leur générant un dossier médical numérique où seront notés leurs paramètres cliniques. Et autres informations administratives relatives à leur passage dans ledit hôpital.

Ensuite, au plan de l’intelligence artificielle, cette application aider les médecins à dresser des diagnostics médicaux surs et dépourvus de toute aberration. Cet autre génie Camerounais aimerait à partir de cette découverte changer la gestion des hôpitaux dans son pays et partout ailleurs dans le monde.

 

Plus encore, Aymard Djadchin a grandi à Nkongsamba au Cameroun. Il y a fait ses études primaires à l’école primaire de Barre et ses études secondaires au lycée bilingue de cette ville. Il y ressort avec un baccalauréat scientifique et meilleur de sa classe dans les disciplines comme les mathématiques et la physique. A l’université, Aymard est un produit de l’Ecole Nationale Polytechnique de Yaoundé. Après avoir obtenu son concours à cette école,  il  a toujours caressé le rêve d’être  le meilleur de toute l’école.

 

« Mon objectif était celui d’être le meilleur en 1ère année à Polytechnique. Je travaillais énormément au point de tomber malade. Mais je réussis pour la deuxième année et c’est ainsi que je suis envoyé en stage en Génie Informatique », explique-t-il. Après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur en conception informatique, il travaille  dans une banque de Yaoundé puis, au sein d’une autre entreprise. Ensuite, il ouvre sa startup Universal Software au sein de laquelle il met en évidence le logiciel Hospisoft.

 

Hospisoft est disponible dans certaines formations des villes de Douala et Yaoundé. Aymard, à travers son parcours, exhorte les jeunes entrepreneurs de prendre conseil chez ceux qui ont déjà fait leurs preuves. Il les interpelle tout au moins à tirer des leçons de leurs insuccès et d’avancer devant les difficultés.

 

 

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *