Sangmélima-Cameroun : escale à la cathédrale Saint Joseph

 Depuis un peu plus de deux ans, le joyau architectural érigé en plein cœur du quartier Monavebe de Sangmélima, fait non seulement la fierté des milliers de fidèles chrétiens, mais aussi la beauté de la localité.

75 mètres de longueur, 64 mètres de largeur sur une superficie de 4.000 m2, la Cathédrale Saint Joseph inaugurée le 27 avril 2019, a une capacité de 5.000 places assises à l’intérieur. Cette maison de Dieu, la seule au Cameroun, à être construite par un africain jusqu’ici, apparaît comme étant la plus grande en Afrique.

Un lieu paisible pour la prière: entrée cathédrale Saint Joseph, octobre 2021 à Sangmélima. (c): A.K.N.

« Quand j’étais arrivé ici, les élites et les populations m’ont très bien accueilli en me faisant comprendre, qu’ils voulaient une cathédrale. Alors par la grâce de Dieu, on a réussi à faire ceci, avec le concours et la participation de beaucoup d’entre eux », révèle Monseigneur Christophe Zoa, évêque du diocèse de Sangmélima, chef-lieu du département du Dja-et-lobo dans la région du Sud.

La satisfaction

A ce besoin exprimé par les populations s’est évidemment ajouté, dit l’évêque de Sangmélima, « l’absence d’une cathédrale », l’une des principales articulations d’un diocèse pourtant. Cela a également été marqué par des tumultes : crise autour de la délocalisation du lieu de construction de cette maison de Dieu, choisi par le précédent évêque, Raphael Marie Ze.

Cette œuvre en fin de compte, témoigne de l’entrée en scène des camerounais au concert de la construction des cathédrales dans ce pays. « Aujourd’hui on est fier de se retrouver sur ce site de plus de 6,5 hectares, qui fait la satisfaction des fidèles catholiques, protestants et tous les autres. Elle rend service, puisque déjà consacrée, elle fonctionne », précise Mgr Christophe Zoa.

Encore des efforts à fournir

Mais il faut constater que ce temple de Dieu n’est pas complètement achevé. Il y a encore les vitraux à finaliser. L’évêque Christophe Zoa, le fait savoir clairement : « On peut dire que ce qui reste, c’est un besoin d’achat des vitraux, qui se réduit à 50 millions de francs CFA ; si on peut ajouter en majorant, se serait peut-être 80 millions de francs CFA ».

Ainsi, les fidèles catholiques et autres âmes, sont invités à contribuer davantage, à faire un dernier effort, pour parachever ce projet déjà concret.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *