Sangmélima : les batailles fratricides noient les œuvres de l’église

Des populations et ressortissants du département d’origine du président Paul Biya, bafouent déjà les bénédictions qui lui ont été professées lors de la messe d’action de grâce du 13 février 2022 à la cathédrale Saint Joseph de Sangmélima dans la région du Sud-Cameroun.

Hypocrisie, mauvaise foi et ignorance. C’est le triptyque qui semble caractériser les ressortissants du département du Dja et Lobo dans la région du Sud. Après la messe d’action de grâce du 13 février 2022 à l’occasion du 89ième anniversaire de Paul Biya, Chef de l’Etat du Cameroun, des commentaires dénaturant parfois les faits, fusent de toute part. Plateformes numériques, réseaux sociaux et sites d’informations sont mis à contribution.

Polémique inutile

« Lors de la célébration des 89 ans de Paul Biya, Monseigneur Christophe Zoa comme à son habitude, a fait une longue homélie qui n’avait ni tête ni queue, qui disait le contraire de l’événement du jour où personne n’a pu piger quoique ce soit de son homélie, » relaie Boris Berthold sur sa page facebook, repris par le site camerounweb. Et pourtant l’évêque du diocèse de Sangmélima s’est appuyé sur l’évangile selon saint Mathieu, pour expliquer la manifestation de l’absence de la pauvreté morale et spirituelle dans la nation, avant d’invoquer sa présence dans la vie du dirigeant du Cameroun.

Célébration de la messe d’action de grâce au président Paul Biya, le 13 février 2022 à Sangmélima,. ©: A.K.N.

Les sources de nos confrères, manifestement voilées, partent du fait que le prélat ait cité certaines personnalités présentes à la cérémonie sans suivre leur ordre ou logique, pour susciter une polémique sur les contributions des uns et des autres. Par la même occasion, elles vont jusqu’à s’amuser à exposer « les prétendus » différentes sommes d’argent, données par les élites, opérateurs économiques, autorités administratives et politiques pour la construction de la cathédrale Saint Joseph. « De pures spéculations », à en croire l’évêque Christophe Zoa, que ses paires et autres membres du clergé qualifient d’intègre et modèle.

Un joyau sur 4.000 m2

« Au regard de ce qui précède, ajoute les détracteurs, Monseigneur Christophe Zoa prétend qu’il a réalisé la construction d’une cathédrale baptisée Saint Joseph, alors qu’au vue de celle-ci nous voyons plutôt un entrepôt douanier qui peut abriter un stock important de produits cacaoyers et du riz, c’est ainsi que Christophe Zoa a englouti une somme de 2.500.000.000f. » Ces propos sont enveloppés de mauvaise foi, dans la mesure où, lorsqu’on se rend au quartier Monavebe de Sangmélima, où se trouve la cathédrale, on est tout de suite émerveillé par le chef d’œuvre architectural qui s’y trouve.

Mgr Christophe Zoa, célèbre la messe à la cathédrale Saint Joseph de Sangmélima. le Sangmélima, ©: A.K.N.
La cathédrale St Joseph de Sangmélima

La cathédrale Saint Joseph est construite sur une superficie de 4.000 m2, soit 75 mètres de longueur et 64 mètres de largeur. « Un monument qui ne laisse personne indifférent, » selon l’Abbé Mathias Ngowo, curé et doyen de la paroisse Sainte Catherine de Foumban à l’Ouest du Cameroun. Même si l’on peut constater que les vitraux sont encore à finaliser et le plafond à placer.

Aucune dépense y relative n’a été engagée au hasard et sans précaution. Tout est traçable, a-t-on découvert, et fait suite à une expertise bien définie. Les preuves ont été transférées à qui de droit, fait on savoir à l’évêché de Sangmélima.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *