Secteur informel: gagner sa vie grâce aux prunes braisées 

Réputée pour la saveur de ces produits , maman Annette est une vendeuse de prunes braisées  et de plantains grillés au marché  de Mvog-Ada, à Yaoundé, capitale du Cameroun. 

Une passionné de son métier. C’est ainsi qu’on décrit maman Annette. Son amour pour l’activité de poisson braisée, dure depuis plus de 7 ans. Comme chaque 18 heures, maman Annette a son rendez-vous quotidien, celui de satisfaire ses clients.  Dès son arrivé à son lieu de travail, elle dépose sa marchandise, et aussitôt, met le charbon dans son fourneau et se prête à un jeu de ventilation, dans le but d’obtenir une chaleur appropriée pour la cuisson de ses aliments.

A LIRE AUSSI: La vente des prunes braisés comme activité vacancière

Aussitôt le feu activé, elle dépose son grillage sur lequel elle dispose ses prunes et ses plantains mûrs sélectionnés et nettoyés depuis la veille : « j’ai mon prunier à la maison que j’avais planté en 2012, avec mon plantain. C’est depuis là que j’ai commencé . Ça me donne de grosses prunes, et j’ai mes petits-fils avec moi qui le matin partent chercher à terre ou cueillir sur l’arbre pour vendre en soirée ici ».

Comment se vend les prunes ? 

C’est à peine cuit, que maman Annette arrange et classe sa marchandise sur son grillage à l’abri de la chaleur. Elle dispose tout en fonction de leur grosseur, pour être vendus à des bons prix .

«  Les plus grosses prunes sont vendues à 100 francs CFA et les petites à 75, 50 ou 25 francs CFA. Les plantains quant a eux, coûtent 100 francs CFA ». Des prix, qui ne laissent pas sa clientèle indifférente.

Le cas de cette passante qui s’arrête pour demander le prix d’une prune. Elle va faire son choix avec ses yeux, c’est-à-dire sans toucher la marchandise. Une fois la sélection faite, la vendeuse, toute souriante, les emballe dans un papier journal. L’acheteuse  complimente ensuite : «  j’achète souvent mes prunes chez cette femme à ma sortie du boulot. Ce qui me plaît, c’est que ces  prunes ne sont pas acides

A LIRE AUSSI: Elle fait le call-boxe pour assumer les responsabilités familiales

Toute chose qui ferrait croire que les prunes de maman Annette reste les meilleurs du marché de Mvog-ada.

Hathor Eyike I, stagiaire

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *