Serge Lete : « Pour moi c’est un problème d’archive…»

Au sujet de l’assainissement du fichier des établissements de formation à la conduite automobile par le ministère camerounais des transports, le promoteur de l’auto-école la gloire divine, Serge Léopold Lete Tchouté dit avoir fourni tous les documents nécessaires.

Votre établissement fait partie des auto-écoles dont le ministère des transports a cité comme étant en situation irrégulière. Comment accueillez-vous ce constat du gouvernement ?

Dans un premier temps, je félicite d’abord le ministre des transports et son directeur des transports routier pour cette reforme qu’ils sont en train de mettre sur pied. En fait, il ne s’agit pas des auto-écoles qui ne sont pas en règle. Le ministère des transports procède plutôt au recensement de toutes les auto-écoles qui existent au Cameroun, pour les concentrer dans une base de données.

Vous savez qu’en matière de dossier dans ce pays, généralement les archives ne sont pas toujours très bien ordonnées. Il parait que dans les archives ont ne retrouve pas certains documents que nous avons fourni à la base, pour obtenir l’autorisation que nous avons. Nous allons juste nous rapprocher du ministère des transports, de la délégation départementale des transports qui est en contact direct avec nous, pour compléter les pièces dont le ministre dit ne pas retrouver dans nos dossiers.

Justement parmi les observations du ministère des transports les dossier d’un de vos moniteurs ne lui est pas soumis. Pourquoi cachez-vous ce moniteur là  ? Avez-vous des enseignants non qualifiés ? 

ça fait 10 ans que je suis promoteur d’auto-école. Je maîtrise les textes. Pour moi c’est un problème d’archive et rien d’autre. Le dossier de ce moniteur a du disparaître entre la délégation départementale et la délégation régionale, ou de la délégation régionale pour le ministère. C’est toute une procédure; et puis le ministre vient là attirer notre attention.

Nous avons des enseignants hautement qualifiés. Je peux déjà vous rassurer que dès lundi matin, le dossier du moniteur en question sera déjà prêt. Nous allons le compléter simplement.

L’occasion faisant le larron, quel bilan dressez-vous des activités de l’auto-école la gloire divine ?

Notre auto-école existe depuis plus de 10 ans. Nous avons célébré notre 10ième anniversaire en février 2020. Pour ce qui est de notre bilan, tout se passe assez bien, aujourd’hui l’auto-école la gloire divine couvre déjà toute la ville de Yaoundé, au départ, nous avons commencé avec l’arrondissement de Yaoundé 2, puis Yaoundé 7, Yaoundé 4, ainsi de suite. Toutes les session d’examen, nous formons des centaines de camerounais.

Avez-vous déjà eu à avons un affrontement quelconque avec votre tutelle par rapport aux formations que vous fournissez ?

Nous avons déjà rencontré des difficultés liées à la reforme. Quand je commençais dans cette activité, les textes en vigueurs étaient des vieux textes datant de plus de 20 ans. Depuis l’arrivée du directeur des transports actuelle, beaucoup de choses ont changées, en rapport avec les réalités du terrain.  Cette modernisation qui est une bonne chose, nous impose des difficultés.

Quelle est la spécificité de votre école de formation en conduite par rapport au autres ?

Nous sommes un centre de formation de haut niveau, qui met en application les textes en vigueurs. Nous respectons le volume horaire de formation défini par le ministère des transports, à savoir 40 heures de cours théoriques, un peu plus de 20 heures de cours pratiques.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *